Pascal Tessaud est le point de rencontre entre le cinéma et le Hip-Hop. Le réalisateur a grandi en banlieue parisienne mais il a toujours cultivé un goût prononcé pour le septième art. Très peu de réalisateurs sortent des quartiers. Son premier long métrage “Brooklyn” avec KT Gorique, Despee Gonzales et Babali Show dépeint sans concession l’univers impitoyable du Rap “indépendant” en France. Avec des moyens très limités, Pascal Tessaud réussit son pari il y a quelques années en remportant une foule de récompense.

En 2014, il est sélectionné à l‘ACID Cannes pour son premier long métrage de fiction “Brooklyn” qui sera distribué en salle le 23 septembre 2015 par UFO et sera sélectionné dans plus de 60 festivals à travers le monde. Le film obtient le Grand Prix du Festival International du Film d’Aubagne et en 2017 le prix du meilleur film étranger au Hip Hop Film Festival de New York ainsi que le prix de la meilleure comédienne pour Kt Gorique.

On a demandé à Pascal Tessaud de nous préparer “une flixtape”. C’est une mixtape que l’on regarde sur Netflix. Seul problème sur les dix titres choisis par “le petit prince” de Saint Denis seuls quelques uns étaient disponibles sur le service de streaming. Nous avons choisi de les présenter quand même hors “Flixtape”.

The Pascal Tessaud Flixtape

I just made a Flixtape. Check it out and make your own.

Sur la FlixTape de Pascal Tessaud, on retrouve quelques classiques comme le “Raging Bull” de Martin Scorsese ou “Le Parrain Part 2″ de Francis Ford Coppola. Les deux réalisateurs ont en commun d’être des descendants d’immigrés italiens, et d’avoir à peu près connu leur apogée au même âge. Chez les deux réalisateurs aussi, l’esthétique tient une place importante à une différence près. Si la recherche esthétique chez Francis Ford Coppola s’exprime dans une recherche inlassable de “tableau” avec d’innombrables références. Chez Scorsese, dans le film “Raging Bull” surtout, la recherche de l’esthétique est plus vague et passe par les teintes froides. Les deux hommes ont également une préférence pour “L’Eglise”. A son époque, Scorsese hésitait à rentrer dans les ordres, et l’oeuvre de Coppola que ce soit dans “Apocalypse Now” ou encore “Le Parrain” est truffé de références bibliques. Et Tessaud dans tout ça ? Ces deux longs métrages ont influencé pour beaucoup la perception de la jeunesse (des trentenaires aujourd’hui) que Tessaud tente de dépeindre. Pour tout dire, le fameux “You Fuck My Wife ?” qui a été repris dans le film “La Haine” de Mathieu Kassovitz vient à l’origine de ce film. Quant au “Parrain”, film de gangster par excellence, il alimente les fantasmes de cette jeunesse depuis.

Au niveau des séries, le réalisateur de “Brooklyn” choisit “Peaky Blinders” et bien entendu “Breaking Bad”. Pourquoi ? Sans doute parce que dans ses deux séries, les caractères ou plutôt les personnages ne sont pas figés dans le temps. “Breaking Bad” qui est le chef d’oeuvre de la série américaine que beaucoup tentent de copier (comme “Ozark” sur Netflix) raconte la longue descente en enfer d’un professeur de physique cancéreux devenu dealer de meth pour payer son traitement. Dans cette tragédie en plusieurs actes, le timide professeur, le gentil professeur, développe une personnalité marginale et rentre dans sa nouvelle peau (celle d’Heiseinberg) lorsqu’il redevient dealer. Il faut savoir que la série qui était un art mineur est en train d’écrire “ses lettres de noblesse”. Et s’il n’est pas envisageable de faire évoluer un personnage dans un film qui ne couvre pas en principe une trop longue durée, c’est tout à fait envisageable pour une série.

Dans la liste cachée de Tessaud (hors flixtape) on retrouve aussi “Once Upon a time in America” de Sergio Leone avec Robert de Niro qui apparaît donc deux fois dans la liste. Comme son nom l’indique il s’agit d’une véritable épopée, un conte de fée ou plutôt un cauchemar moderne de plusieurs gamins réunis dans l’amour de l’argent.

Spéciale dédicace à Pascal Tessaud qui choisit de mettre en avant “Le temps des Gitans” d’Emir Kusturica. Le réalisateur serbe est peut être le Fellini des temps modernes. Dans ses films que ce soit “Papa est en voyage d’affaire”, “le temps des gitans” ou tout simplement sa palme d’or à Cannes “Underground” le metteur en scène dépeint avec optimisme le cauchemar d’un peuple (le sien) devenu pantins d’une Histoire qui le tiraille. Scène burlesque, et joie de vivre, bande originale exceptionnelle côtoient la mort et la souffrance. Injustement méconnu, le metteur en scène gagne à se faire connaître.

La liste complète de Tessaud :

5 MOVIEZ :

1- “il était une fois l’Amérique” de Sergio Leone

2- “le voleur de bicyclette” de Vittorio De Sica

3- “le parrain 2” de Francis Ford Coppola

4 – “Raging Bull” de Martin Scorcese

5 – “Le Temps des Gitans” de Emir Kusturica

5 SERIES 

1 – THE WIRE

2 – GOMMORA

3 – BOARDWALK EMPIRE

4 – BREAKING BAD

5 – PEAKY BLINDERS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here