Moha La Squale : Le retour de la grande messe dominicale !

L’ascension de Moha La Squale est née d’un d’un rendez dominical. « J’habite Paname, j’suis d’la Banane oui j’viens d’un coin où on t’a banane » (« Bienvenue à la Banane » – Moha La Squale). Cette banane prend place pas loin du quartier de Belleville dans le Nord de Paris. Pendant de longs mois, un rappeur à la crinière noire déroule un rap hérité des 90′ quant au flow et au lyrics. Moha est minimaliste mais rien n’altère la beauté de ses termes dans une contraction magique. L’homme a était derrière les barreaux à Fleury Merogis. Et le Rap lui donne une chance unique de se réaliser, de sortir du ghetto.

Moha La Squale – Bienvenue à la Banane

La voix de Jacques Brel rythme les enchaînement de La Squale tous les dimanche soir. Après quelques mois d’exercice, il tire sa révérence sur un « Comme la Dernière » annonçant que l’album « Bendero » est sur les rails. Dans le choix des instrumental, le rappeur opte pour quelques arpèges de guitare, et de petites notes latino. Non pas de titres ambiancé et d’autotune mais une rythmique qui renvoie à quelques samples de Bossa Nova. Dans son dernier freestyle, il ne manque pas de remercier son public.

Moha La Squale – Pour la dernière

Dimanche dernier, le rappeur a repris son grand rendez dominicale avec le titre « Paris« . Près de 15 longues années après le clip du rappeur Rohff, Moha dévoile la face cachée du Nord de Paris, autour des quartiers de Belleville, La Banane et Mélimontant. Un Paris qui vit caché loin du faste prestigieux de la Place de Victoires et des Champs Elysées. C’est le vrai Paris, celui du business, des affaires et de la Street dont Moha te parle.Sa deuxième série de freestyle annonce aussi la sortie d’un nouveau projet.

error: Content is protected !!