Kekra : Le « mouton noir » couronné !

La Justice est aveugle, tu crois ? Non en réalité elle n’a d’yeux que pour nous. Le succès aussi. Au milieu de la jungle des rookies, personne n’a vu l’ascension d’un certain Kekra. Avec son album éponyme, son premier véritable projet, le rappeur impressionne, techniquement irréprochable, créatif à souhait, et polyvalent. Dans le paysage rap actuel, le rappeur est à contre-courant. Il déteste emprunter les sentiers battus. Perdu dans sa jungle coincée entre le Bengale et le Qatar, il livre un classique qui est loin de passer inaperçu. Oui le grand public semble avoir enfin adopter, il lui aura fallu du temps. Le rappeur réalise le quatrième meilleur démarrage au niveau mondial ce week-end end sur Spotify

Le succès en germe

Pour les insiders, l’explosion de Kekra est loin d’être une surprise. L’artiste est aussi actif sur le plan national que sur le plan international. Quelques mois à peine, le rappeur remixe avec Dutchavelli son tube « Bendo Diaries » devenant le représentant français de la nouvelle génération qui bouge. Et si Dutcha a quelques problèmes de mœurs en ce moment, on préfère laisser la justice suivre son cours. Et cela n’enlève rien au talent de Kekra

Puis le rappeur passe au Qatar dans l’émission d’un DJ célèbre dithyrambique à son sujet. De passage dans l’émission « Fire in the booth« , pour les « Dubaï Session » le rappeur est tout simplement acclamé par le roi Charlie Sloth : « Kekra est un artiste très important et respecté au sein de la scène hip-hop française, et de la culture hip-hop en général. Il est en train de monter au niveau international et je suis heureux de le voir exprimer son talent dans Fire In The Booth.”

L’influence de la vague Cloud

Entre sonorités électroniques, voire complètement futuristes comme sur « Babyphone« , il n’y a qu’une seule constante dans l’œuvre du rappeur masqué : La Cloud. Usant d’un bpm assez lent, d’un pessimisme et d’une impertinence de base, et de phases complètement autotunées mais avec une maîtrise globale, Kekra laisse apparemment explosé son style dans son album éponyme. Comme dans « V-réalité » le rappeur vient poser sa signature sur le Rap Game.

Mais il n’y a pas que ça chez Kekra. Sur « Hokuto« , il laisse parler les armes sur un petit sample de piano. On le sait il ne suffit de « rapper sur du violon et penser que son titre est un classique« , mais il y a du génie chez Kekra. C’est peut être l’un des derniers rappeurs à dévoiler un album complet et cohérent.

« Kekra » est un voyage, pas forcément dans l’intimité du rappeur, mais dans son oeuvre. Et la cloud plus qu’autre chose sert à installer des ambiances. Kekra vient récupérer la place qui est la sienne.

error: Content is protected !!