C’est toute l’histoire d’Eminem qui balance entre “Espoir et Désespoir”. A ces débuts, le jeune rookie fraîchement signé sur le label Aftermath de Dr Dre balance deux albums plein de génie “The Slim Shady” et “The Marshall Mather”. Réputé pour être un rappeur subversif, et également le kickeur au flow le plus rapide au monde, le rappeur de Détroit joue avec la feu. Il allie savamment sample de Pop, de Rock et de Rap. C’est de son esprit que sortira le titre “Rock Bottom” sur un sample de “Starway To Heaven” de Led Zeppelin. Puis entre réussites, dépression, désillusion, le fondateur de Shady Records fait son “Revival” il y a à peine quelques mois.

Cet album très mal reçu par la critique devient son “mur des lamentations”. Car comme dans ces précédents opus, l’interprète du titre “The Real Slim Shady” assume complètement l’ambiance Pop, et le côté commercial. On a alors du mal à comprendre le sens de cette démarche sachant que quelques années auparavant dans le titre précité il critiquait avec virulence Britney Spears dans “The Real Slim Shady” et même la société du spectacle dans son ensemble avec le tube “We Made You” chef d’oeuvre d’humour et second degré. La philosophie d’Eminem s’accorde mal avec la paix et la joie. Certains rappeurs sont condamnés à errer dans l’obscurité, comme son personnage dans “8 Miles” le long métrage qui lui a valu un oscar, ils perdent leur âme dans la lumière pas dans les ténèbres. Eminem a essuyé une fronde qu’il avait alors rarement connu jusque là. Ses propres fans se sont mis à douter du bien fondé de la stratégie Slim Shady qui continuent à se raccrocher à la Pop en oubliant qu’il est des meilleurs rappeurs du monde.

C’est alors que naît le projet de “kamikaze”. Sorti un peu comme un avion qui tombe sur le pearl harbor du R.A.P, le dernier projet est un clash ambulant. Tout d’abord, le ton a changé depuis son “Revival”. Très peu d’instru Pop ou Rock, le “Marshall Mathers” s’en tient à ce qu’il sait faire de mieux : le R.A.P. L’opus est très énervé tant au niveau de le forme, très Rap, que du fond, puisque Eminem pourfend avec sa rime et ses lyrics corrosifs ses principaux concurrents. C’est surtout son clash avec Machine Gun Kelly que le Rap prend en considération car ce dernier lui a répondu. Et ce clash donnera lieu à deux diss track. La première “Rap Devil” celle de Machine Gun Kelly qui reprend le titre de “Rap God” le titre phare d’Eminem, et celle de ce dernier, “Gun Shot”.

Eminem est déjà disque d’or avec “Kamikaze” de quoi calmer les ardeurs de ceux qui imaginaient qu’il s’était perdu dans la Pop. Un gros opus !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here