Owen Harris est loin d’être un illustre inconnu. Il s’agit d’un metteur en scène qui s’est fait un nom dans “la série” avec “MisFits” et “Black Mirror”. Bien qu’éloigner l’une de l’autre, ces deux séries se rejoignent pour leur petit côté fantastique, la seconde versant vraiment dans la science fiction, et surtout pour le ton un peu cynique qui se dégage de la trame narrative plutôt pessimiste. “Kill Your Friend” est le  film du réalisateur.


Affiche officielle du film “Kill Your Friends”

Le décor est planté. Rendez vous à Londres à l’aune des années 90′. A cette époque, la capitale britannique est le centre du monde la musique. Dans les 90′, les stars de la musique ne s’appelle pas Jay-Z, ni Kendrick Lamar, elles font de la Pop, genre musical typiquement anglais comme le rock des 70′. Déjà il y a quelques années, Scorsese tentait le coup avec la série “Vinyle” pour décrire le rock des 70′ aux USA… La série qui avait opté pour un style à la fois assez trash, et humoristique n’a pas dépassé le stade de la tentative. Sans jamais rentrer dans son sujet, “Vinyle” donne finalement un aperçu assez pauvre d’un sujet qui mériterait beaucoup mieux que ces portes enfoncés avec beaucoup d’indélicatesse. La série a été abandonnée après une saison.

Le film de Owen Harris est beaucoup moins “ambitieux”. En versant dans l’humour noir, le film, porté par le personnage loufoque de
 Steven Stelfox, incarné à l’écran par Nicolas Hoult , finit par rendre un tableau très proche de la réalité avec des personnages hautement caricaturaux. Steven Steflow veut diriger un label important. Et pour ça, il emploie des méthodes dignes de celle de José Garcia dans “Le Couperet” de Costa Gavras. Meurtre, empoisonnement, et trahison, voilà le monde de la musique que nous dépeint Harris.

Cette Pop des 90′ à Londres c’est le buchet des vanités.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here