Dans une récente interview accordée au magazine SoFilm, Rohff, quarantenaire au palmarès “rapologique” conséquent, s’est dit prêt pour le 7 ème art. La mission semble facile pour les futurs scénaristes qui n’auront qu’à piocher dans une discographie pleine de morceaux aux allures de longs métrages.  

Rappel de classiques

Si il y a bien une chose qu’on ne peut pas lui enlever, c’est bien sa générosité en terme de récit de vie puisque Rohff a accumulé 9 albums dont 4 doubles albums, sans compter les nombreuses mixtapes. Le rappeur a vendu environ 2 millions d’albums et 1,5 millions de singles. Premier rappeur à proposer les fameux freestyles ” d’anthologie” sans interruption durant 30 min à la radio, l’ambassadeur du ” neuf-quatre ” donne sans compter et se livre entièrement.

Autre fait indéniable, l’artiste a engendré beaucoup de morceaux dits ” classiques “, certains vous diront même, avec une pointe d’humour, qu’il en a fourni « à la pelle ».

De Sensation brave à 9.4 en passant par En mode ou À bout portant,  le soldat de Vitry n’ a plus rien à prouver musicalement. Comme mentionné dans l’article de Sofilm, Rohff se dit prêt pour de nouveaux défis artistiques et pense au cinéma. L’avenir nous le dira surement mais la forme ” autobiographique ” d’un possible futur film apparait comme une suite logique pour un rappeur qui n’a cessé d’écrire de véritables « pavés » en musique.

8 min minimum

Rohff ressemble à Tarantino, l’artiste ne s’est jamais auto-censuré et, à défaut de réaliser des films de 3h, a produit des morceaux hors formats dépassant souvent les 4 min classiques.

Cette attrait pour la performance commence dès l’année 1999 sur son première album Le code de l’honneur dans lequel figue son premier bébé mutant Du fond du cœur.  

Pas de mensonge sur le titre puisque dans ce premier morceau « biopic » Rohff se raconte sincèrement, la main sur le cœur, au gré des douces notes de guitare acoustique. Totalement hors format, le dernier track de l’album se découpe en deux instrumentales comme si l’on passait d’un chapitre à un autre. Dès le début de sa carrière, Rohff a donc mis la barre très haute pour se livrer à un exercice peu commun via lequel il aborde la dur intégration de ses parents comoriens, sa propre « vie en cité » mais aussi l’amour des siens.  Le morceau dure 9 min 30.

Après ce premier titre aux apparences de journal intime, Rohff continuera à faire dans le long plus que dans le court métrage. Il ira bien ” au-delà de ses limites ” en ne cessant de travailler son endurance et ses disques prendront rapidement la forme de double albums.  

Le format « auto-biographique »  lui colle à la peau tant et si bien qu’il renouvèle souvent avec ce style de morceaux long et lourd de sens à l’image de son fameux Testament issu de l’album Le code de l’horreur ( 2008 ) et considéré comme un des plus beaux condensé de vie signé par le rappeur.

Dans le documentaire Si tu roules avec la Mafia K1 Fry, celui qui apparait comme un homme seul même parmi les siens, déplore d’un air mélancolique : « la vie est moche mais les souvenirs lui donnent du charme ». Rohff a effectivement mené une vie faite de rage contre l’Etat, de drames au sein de son collectif, mais aussi de succès faramineux comme son premier succès Qui est l’exemple ?, single vendu à 800 000 exemplaires.

 Marqué au fer rouge, Rohff s’est vu débordé d’inspiration puisant dans ses émotions d’homme froid et tourmenté mais aussi dans des souvenirs précis comme les ” réveils à l’eau froide en hiver ” ( Souvenirs).

Le rappeur a toujours alterné entre le pur égotripe comme dans « En mode » et de longs récits sans refrains allant au plus profond de son âme. Un des derniers en date de cette liste, son morceau Dounia sorti en 2013 a tout de même accumulé 17 millions de vues sur youtube.

Rohff s’est déjà raconté longuement dans ces morceaux hors normes qui ont fait sa renommée. Reste à savoir si le film sur sa vie durera plus de 3h. Affaire à suivre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here