Au commencement, il y a eu quatre freestyles :”Nyx”, “Érèbe”, “Aether” et “Héméra”. Quatre termes lancés d’une manière hasardeuse ? Non, YL, l’artiste marseillais signé chez Def Jam vient de citer quatre divinités des grecques appartenant à la dynastie des enfers. Les quatre freestyles annoncent en réalité l’album quasi éponyme “Nyx et Erèbe” qui sort dans les bacs début février. Au programme, un YL aussi sombre que l’époque qui l’a vu naître.

L’opus commence sur le titre “3min6” clippé avant la sortie de l’album. Visuellement carrément conceptuelle dans lequel la vie d’un homme bascule en 3 minute et 6 secondes. Le titre annonce la couleur de l’album, entre égotrip, et mélancolie d’une vie que l’on a pas décidé de mener.

Confirmation sur la suite de l’album avec un “Regarde Moi”, ballade mélancolique et pas moins Thug. Sur l’ensemble de l’album, pas mal de beatmaker mais avec une dominante chez Noxious. Le rappeur navigue entre la Trap pure et dure et les sons latinos mais cependant rappés.

La plupart des rookies aujourd’hui de Hornett La Frappe, à Heuss L’Enfoiré en passant par Ninho et K.Point essaient d’être le plus complet possible. Dernier exemple en date, Remy, lui aussi signé chez Def Jam qui avec son dernier clip “FriendZone” a carrément quitté le style très “Old School” et “Boom Bap” dans lequel il évoluait.

Pour YL c’est plus compliqué. Il y a une hétérogénéité totale au niveau des prods, des plus violentes comme avec “Saleté” aux plus ambiancantes comme son featuring avec Timal sur “Pas Pareil” ou le titre précédent “Comm D’hab”. En revanche, à l’instar de groupe comme PNL, le rappeur signé en coproduction chez Bylka Prod et Def Jam reste assez pessimiste et obscur.

Autre grosse particularité du rappeur, son flow qui arrache le micro un peu à la manière d’un Lacrim et sa qualité lyricale proche des grands maîtres de l’autre âge d’or du Rap des 00′.

Son featuring avec Niro sur “On fait l’mal” est à ce titre particulièrement intéressant. Car avec des deux lyricist de génie face à face, le titre approche des standards des plus beaux morceaux de Rap.

Entre sonorités latino, Trap, flow de guerrier, et lyrics construit, YL n’a pas volé ses 5000 opus vendus dès la première semaine d’exploitation.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here