Lacrim revient avec un double album éponyme pour inaugurer l’ère Plata o Plomo. Désormais armateur de sa propre armada, le rappeur qui a quitté le pays de Molière pour rejoindre la Hollande est venu se renouveler avec un double album envoûtant. Ce n’est pas la cover réalisée par l’insaisissable Fifou qui le fera mentir. Avec un tigre libéré et puissant et guise de fanon, le rappeur du 94 emporte le Rap français à travers le monde avec une dizaine de featuring tous plus puissants les uns que les autres.

Certains artistes rendent des doubles albums lorsqu’ils ont dû mal à choisir parmi une centaine de titres réalisés en studio. Après “Force et Honneur”, Lacrim était amené à se renouveler. Le rappeur originaire de Chevilly La Rue qui a connu son apogée avec la sortie de “Corleone” commençait à être moins “Intouchables”.

Finalement, avec son album éponyme, Lacrim réalise une véritable démonstration de force et une énorme démonstration de style. Car c’est l’album le plus hétérogène de Lacrim. Entre les sonorités d’été de “Solo”, son titre ultra latino “Granada”, et la voix rauque de 6ix9ine sur son morceau Hard Rap “Bloody”, il y a un monde.

L’album alterne entre les styles. Et le pire c’est que Lacrim se conforme à tous les styles sans aucun problème. Avec Soolking sur “Maladie”, avec French Montana sur “Puerto Rico”, ou encore Rick Ross ou Snoop Dogg, Lacrim prend un malin plaisir à s’adapter au style de son alter ego.

Le titre “Westcoast” avec Snoop illustre parfaitement ce syndrome. Produit conformément aux standards WestCoast des années 00′, Lacrim s’adapte avec une finesse d’esthète à la voix très particulière du “King of The M*.* F*.* WestCoast”.

Le titre avec Kanya Samet rappelle un certain “Destinée” de Booba. Dans tous les cas, cette démonstration de forme est également une démonstration de force. Tant dans le choix des beatmakers que dans le choix des featurings, Lacrim est arrivé armé.

Seul regret de cet album énorme qui quelque part représente le franchissement d’une étape importante tant pour Lacrim que le Rap français, les lyrics ne sont pas toujours très recherchés.

Malgré ce défaut, le rappeur du 94 vient de terminer de prouver son hégémonie sur le rap français.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here