Allemand SCH ? Non Italien plutôt ! Son dernier album “JVLIVS” débute sur quelques notes de musique très siciliennes complétées par une voix off racontant l’histoire d’un mafieux vengeur. Classique dira t- on ? Pas tant que ça, car le rappeur d’origine allemande vient de rendre un album visuel un peu comme Beyoncé ou encore le précurseurs GhostFace Killa qui a raconté des histoires depuis son grand “36 Season”. Son expérience avec le clip de “Gomorra” extrait de son premier jet, la mixtape “A7” lui aurait-il donner quelques idées. Rien n’est moins sûr…

Depuis sa rencontre avec le DJ Kore, le rappeur torture ses auditeurs, ou plutôt ses spectateurs, avec une série de visuels extraordinaires, portant le l’art du clip à son paroxysme. C’est sans doute le mal de l’époque puisque les deux frères de PNL eux aussi n’en finissent plus de compléter une trilogie de “court métrage clip” qui doit en être à son cinquième épisode… Les visuels de SCH liés à une musique assez obscure instaurent une véritable ambiance : une gêne et un moment d’effroi. Pour lancer son album, le rappeur a réuni toute la crème de la presse spécialisée, et même celle qui n’y connaît rien dans le sixième arrondissement de Paris pour présenter le premier tome de JVLIVS. L’album de SCH est la bande originale du film éponyme. On peut se poser la question…”JVLIVS” est un film ou un album ?

Pratiquement entièrement composé par KatrinaSquad, les instrus de “JVLIVS” navigue entre quelques sonorités siciliennes et le classique Trap français dans la grande traditiion de Therapy.  Aussi obscur que “Deo Favente” et “Anarchie”, ses deux précédent opus, le dernier jet du rappeur marseillais est sans doute sa copie la plus réussie. Pour les amateurs de SCH, de son flow strident et cassant, des productions trap lourde et obscure , le pensionnaire du label REC 118 a joué le coup à merveille. Avec seulement un featuring à son actif comme celui avec Ninho sur “prêt à partir”, un rappeur très en vu auquel on ne peut même plus attribuer le statut de rookie avec son triple disque de platine, SCH a construit un album très complet. On peut lui reprocher cependant de toujours tourner autour de l’égotrip, et des affaires de gangster. Mais avec des visuels pareils, et une ambiance aussi finement installée, on ne peut qu’apprécier le gangsta Rap next gen’ qui ne se contente plus de crier. Il créé.

Découvre “JVLIVS” de SCH :

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here