14.3 C
Munich

Est ce qu’il suffit d’être issu de la diversité pour être “urbain” ?

Must read

ZEZ
ZEZ
C.E.O HELL SINKY, author, journalist, documentary

Est ce qu’il suffit d’être issu de la diversité pour être “urbain” ? La question est posée. Le débat fait polémique depuis qu’un certain Gims s’est emporté en story sur Instagram sur le qualificatif de “urbain“. Pour sa part, le chanteur issu de la Sexion d’Assaut est considéré comme appartenant à la vague Pop Urbaine. Quelle est la réalité de cette affirmation ?

Est ce qu’il suffit d’être issu de la diversité pour être “urbain” : les cas Gims et Soprano !

A ses débuts, Gims était bel et bien un rappeur à l’instar d’un certain Soprano. Gims débute sa carrière avec des freestyles 100 % Rap devant la caméra d’un certain Screetch de Daymolition. La rencontre avec Dawala va tout changer. La signature Pop Urbaine de la Sexion d’Assaut date de l’album “L’école des points vitaux” sorti en 2010. Puis en 2012, c’est “L’Apogée“, le groupe décroche un disque diamant. Chacun des membres du groupe tente l’aventure en solo.

Pour Gims, depuis son album “Subliminal” jusqu’à l’opus “Le Fléau” (album 100 % Rap), le leader vocal de la Sexion décroche diamant sur diamant avec un style hautement Pop. Cependant dans les médias spécialisés, comme dans les médias traditionnels, il est qualifié de chanteur de “Pop Urbaine“. Qu’est ce qui différencie un certain Gims qui fait des featurings avec Sting et Sia d’un chanteur de Pop sinon qu’il est issu de la diversité ? Le question est posée.

Soprano lui aussi a réussi à transcender les clivages sociaux, ethniques et culturels avec sa musique. Depuis le temps de “Cosmopolitanie“, l’artiste est une star en France. Mais l’artiste tient vraiment à être qualifié de rappeur-chanteur comme il le dit au micro de Radio France en 2018 : “Je suis un rappeur-chanteur. Je suis de la génération hip-hop, et mon message est le même.“.

Le côté urbain de Sopra tiendrait donc à son message ! Mais Est ce qu’il suffit d’être issu de la diversité pour être “urbain” ?

Est ce qu’il suffit d’être issu de la diversité pour être “urbain” : le genre attrape tout !

Si le genre “urbain” est ultra “réducteur” pour un artiste comme Gims, c’est qu’il permet de regrouper des artistes qui n’ont absolument rien de commun. Par exemple, Freeze Corleone rappeur Drill, ultra polémique, peut être rangé au rang des artistes “urbain” tout comme un certaine Aya Nakamura, chanteuse Afro Pop ou carrément Pop selon les morceaux. En réalité si on revient aux origines du qualificatif de “Pop Urbaine“, il faut remonter à la cérémonie des Victoires de la Musique.

Le rap à ses débuts malgré les victoires de IAM, et 113 aux balbutiements du mouvement a toujours eu du mal à s’imposer aux Victoires de la musique en France. Certains imaginent que le palmarès de la cérémonie est un peu à l’image d’un certain mépris par une certaine élite médiatique pour “les quartiers” en général, bouc émissaire utile d’une France en crise.

Devant les critiques, la cérémonie des Victoires de la musique s’est enorgueilli d’une catégorie “album urbain de l’année“. Si ce terme était plutôt moqué à ses débuts, devant la réalité d’artistes issus du rap ou de la diversité qui ont transcendé les clivages et tenté de nouvelles choses, même les médias spécialisés ont repris le terme d’urbain.

La débat est ouvert.

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

You cannot copy content of this page