2.6 C
Munich

World of Glory : Lorsque Roy Andersson disséquait l’aliénation suédoise !

Must read

ZEZ
ZEZ
C.E.O HELL SINKY, author, journalist, documentary

Quelques minutes passées à scruter la population de Stockholm, la propreté des rues, et le sérieux des habitants suffisent : la Suède est réglée comme une horloge. Le système protège les travailleurs, les populations les plus faibles, elle promeut l’égalité et la démocratie. C’est même la première démocratie du monde selon les classements qui se font en ce domaine. Derrière cette apparence de démocratie pure, derrière ce paradis de fer, se cache une réalité où les particularités des uns et les originalités des autres sont broyées par la norme surpuissante. La norme est un paradis qui mène en enfer.

Roy Andersson : Le plus grand analyste de la culture suédoise !

Roy Andersson, comme quelques artistes d’aujourd’hui, a une carrière qui part de la publicité pour terminer dans les arts. Kulturama à Stockholm lui a consacré une exposition il y a quelques temps. Aujourd’hui, des personnalités comme Lars Von Trier ou Jeff Koons ont embrassé le même parcours. Dans toute l’œuvre de Roy Andersson, que ce soit dans ses spots commerciaux ou dans ses courts métrages, il y a un second degré glaçant typique de la culture nordique et plus particulièrement de la culture suédoise.

Le réalisateur se penche sur le “Lagom” suédois qui peut se traduire par « ni trop, ni trop peu, mais juste assez ». Les valeurs “lagom” sont la sobriété, la simplicité et la convivialité. Mais cette simplicité peut être criminelle, mortelle pour son aveuglement.

Au début de “World of Glory“, un camion emporte les habitants dénudés d’une ville vers l’autre côté du miroir. Cette introduction au film de Roy Andersson nous plonge dans un holocauste imaginaire qui sévit dans le calme d’une société où la norme législative et la norme sociale ont été érigées en principes inébranlables.

Puis le camion disparaît dans les ténèbres, et on découvre la vie d’un fonctionnaire. Simple et ennuyeuse jusqu’à l’effroi, le réalisateur met en lumière le revers de la médaille. La première démocratie au monde, celle où la sensibilité est prise en compte, où la tolérance est totale est aussi celle qui vit accepte la norme sans la contester. Le jour où l’injustice découlera de cette norme sacralisée : que se passera-t-il ?

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

You cannot copy content of this page