Wildland réhabilite le film noir nordique
Wildland réhabilite le film noir nordique

Wildland réhabilite le film noir nordique !

Wildland réhabilite le film noir nordique ! Depuis plusieurs années, le polar, le thriller est la chose du Nord de l’Europe. Et la trilogie Millenium n’est que la face émergée de l’iceberg. Wildland, polar noir, en pays danois est un film d’école.

Wildland : une plongée dans l’adolescence brisée !

Par ailleurs, le film de  Jeanette Nordahl est tirée d’un ouvrage de  Ingeborg Topsøe. Dans cette perspective, Il raconte l’histoire de Ida, jeune danoise qui perd sa mère toxicomane dans un accident de voiture. Après le drame, elle est recueillie par sa tante, marraine d’une petite mafia, avec ses drôle de fils. Wildland est aussi noir que le monde qui l’a vu naître.

Entre ses beaux frères complètement mal lunés, et sa tante, elle fait son deuil tout en devenant membre à part entière de cette petite mafia. L’interprétation de  Sandra Guldberg est à ce titre exceptionnel. Tout au long du film, on est porté à la fois par un sentiment de peur, de gêne, de malaise et d’impuissance. Bien entendu, Wildland est aussi noir que le monde qui l’a vu naître. Bien entendu Ida est aussi insupportable qu’une jeune fille qui vient de perdre sa mère. Mais le spectateur devient en quelque sorte son protecteur l’espace d’une heure et demi. Wildland réhabilite le film noir nordique !

Wildland réhabilite le film noir nordique !

Pourquoi le film gêne autant ? Contrairement à certains films de cité en France, ou à la trilogie Le Parrain, ou encore les chefs d’œuvre de Scorsese, ce film fait le pari du réalisme. C’est peut être aussi l’influence du Dogma 95 de Lars Von Trier sur le cinéma nordique. De la photographie, aux dialogues, jusqu’au lent mouvement de caméra, l’accent est mis sur le côté « c’est arrivé près de chez vous ».

Avec cet effet de proximité, le drame de Ida devient encore plus poignant. En retirant les strass, les paillettes, l’honneur, des rapports entre gangsters dans ce film très noir, Jeanette Nordahl gêne le spectateur qui assiste impuissant au drame. Oui, Wildland est aussi noir que le monde qui l’a vu naître.

error: Content is protected !!