Wallace Marsellus n’est pas mort. (Voir Pulp Fiction réalisé en 1994 par Quentin Tarantino, Palme d’or à Cannes). Après avoir déposé le bilan de sa petite entreprise de massage de pieds et avoir échoué à se reconvertir en secouriste spécialisé dans les massages cardiaques (le massage est chez lui une obsession aussi flagrante que le postillon) Wallace a fait un passage dans le cabinet Volte-Face du chirurgien John Woo et il est ressorti Coréen du nom de Jang Dong-Su (l’acteur Ma Dong-Seok).

Toute personne qui a essayé de lui marcher sur les pieds ou s’est moquée de son accent de « chinois marrant » s’est retrouvée avec les poumons tuméfiés. Alors, les gens ont commencé à se méfier et l’ont laissé s’installer. C’est comme ça que Jang Dong-Su a mis la main sur des machines à sous trafiquées et d’autres marchés à propos desquels je préfère me taire au risque de me retrouver débranché de mes tubes. Car, oui, je vous écris aujourd’hui non depuis la plage où je me fais bronzer mais depuis l’îlot de ma chambre de réanimation où les seuls rayons que je perçois sont ceux des radios que l’on dépose régulièrement sur ma peau afin de surveiller la bonne réduction des dizaines de mètres de fractures dont Maitre Jang Dong-Su m’a fait l’honneur de me gratifier.
Pour Maitre Jang Dong-Su, les coups ont une enveloppe quasi-mystique :

Ils se doivent «  d’avoir un but et une émotion ».

Malheureusement, le flic Jung Tae-Seok (l’acteur Kim Moo-Yul) se comporte tel un moustique en rut autour des affaires de Maitre Jang Dong-Su. Notre Maitre a beau activer sa moustiquaire préférée, le patron corrompu et incompétent du petit Jung Tae-Seok. Mais Tae-Seok est à la pensée de Jung ce qu’un ver de terre est au fruit. Alors Tae-Seok, peut être aussi maso qu’il recherche son père à travers de consécutives mandales, continue d’harceler notre Maitre et de lui déblatérer dessus avec ses petites mandibules faites de dents au lait de coco.

Pendant ce temps, un mec blafard ( l’acteur Kim Sung-Kyu), sorte de croisement bâtard originel entre Michael Jackson, Le Ninja et un garçon qui aurait toujours été allergique au soleil et au cheval, se balade en voiture et percute d’autres automobilistes façon Crash de David Cronenberg. C’est sa méthode de drague. Fuck les réseaux sociaux et les sites de rencontre en ligne !
Mais tout ça pour faire partir en sushis celui qui a eu le malheur de descendre de sa caisse pour vérifier le niveau de la tôle et s’assurer que l’argus continuera de suivre.

Jusque là, Le Gangster, le flic et l’assassin est un film très bateau jusque dans sa planification millimétrée depuis les premières images à hauteur d’hélico.

Et puis le tueur en série (J’espère que vous avez suivi autre chose que le pelvis de Michaël Jackson depuis les dernières lignes) essaie de se faire Notre Maitre Jang Dong-Su. Voilà qui est original. Sauf que ça lui a rappelé de très mauvais souvenirs à Wallace Marsellus. Pardon, à Maitre Jang Dong-Su. Et tout cela alors qu’il est déjà sous pression pour cause de grande résistance d’un autre Mafieux de ses connaissances qui refuse les plats avariés qu’il voudrait lui faire passer pour du Nem de la plus haute félicité.

La suite est malheureusement moins rutilante. On s’habitue vite aux tourments répétitifs des autres surtout lorsque l’on regarde ailleurs. En revanche, Le Jung Tae-Seok reste pénible. Heureusement que Maitre Jang Dong-Su et «  Sushi Man » sauvent la mise. Mais l’infirmière vient d’entrer dans ma chambre et voilà que, déjà, je sens mes lèvres éclore dans la Tamise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here