Si vous êtes « un chapas » depuis la sortie du sacro saint « Corleone » du rappeur Lacrim, et si vous connaissez tout de cet artiste « bad boy » qui sort des albums, va en prison et revient encore… plus fort, vous avez oublié qu’avant de devenir l’une des étoiles du rap francophoneLacrim a connu une petite traversée du désert. En réalité, l’élément qui a le plus servi Lacrim dans sa carrière, c’est sa première incarcération avant la sortie de « Corleone » et son passé de repris de justice. On ne va pas se le cacher, Lacrim a toujours été un bon rappeur même lorsqu’il était dans l’ombre de Mister You, son acolyte de Belleville mais personne ne le calculait vraiment… Voici la recette d’un secret que l’on appelle « Story Telling » et « Street Crédibilité ».

Commençons par la « Street Crédibilité » et retournons dans le passé. Lacrim a signé chez Def Jam. En plus d’être l’un des plus gros label de Rap aux USA comme en France, Def Jam est aussi considéré par certains comme le refuge des voyoutocrates. Rumeurs ou réalité déguisée, il se trouve que Lacrim version « Corleone » commence sa carrière en prison. Incarcéré pour la vie de délinquants à laquelle il s’adonnait par le passé, il revient en force avec son nouvel album propulsé par un single en featuring avec Lil Durk sur « On fait pas ça ». Dès sa sortie, Lacrim est assiégé non seulement par les médias spécialisés mais également par les médias traditionnels. Des JT régionaux, aux émissions spé sur les grandes chaînes, la résurrection du phénix impressionne et fait vendre. Ajoutez à cela, un album Trap qui se laisse écouter et qui a été diligenté par l’un des producteurs les plus courus du Rap (DJ Kore), et vous aurez un disque d’or en moins de deux semaines.

Détrompez vous, Lacrim avec MHD, PNL et Jul fait partie des grosses nouvelles têtes de ce Rap Jeu. Si MHD a apporté l’afrotrap, si Jul a ramené le POP Rap, ou PNL le clouds, Lacrim n’est pas arrivé avec un style nouveau. Il a repris la Trap que Kaaris avait d’ores et déjà amené avec son « Or Noir ». Cependant, son incarcération a prouvé sa street crédibilitéSi tous les rappeurs du monde rêvent de devenir gangster ou qu’ils tentent de se donner cette image, Lacrim en a vraiment été un.

Par la suite, Lacrim aura encore des soucis avec la Justice, et il sera incarcéré une seconde fois. Cette fois ci, la justice (un peu zélé tout de même) lui reproche d’avoir utilisé des vrais armes dans l’un de ses clips. Sa cavale et son incarcération sont mis en scène dans une forme de story telling médiatique. La légende du journalisme Rap « Mouloud Achour » arrivera à dégoter une Interview du rappeur en cavale. Le story telling prend, la communication autour des mixtape RIPRO est parfaite. Lacrim est dans le futur.

Mais c’est vraiment avec la série « FORCE et HONNEUR », web série retraçant les aventures de Lacrim que le story telling va prendre une autre ampleur. Avec cette web série, Lacrim va faire son autobiographie devant un public qui le suit désormais à la trace. C’est la pierre angulaire de la communication du rappeur. Street crédibilité et Story Telling ont fait la réussite totale de Lacrim. Il ne faudrait pas oublier cependant que Lacrim est l’un des meilleurs rappeurs de France, et que son producteur DJ Kore est lui aussi considéré comme l’un sinon le meilleur dans tout ce qui touche à la musique urbaine.

Mais le AWA ne laisse rien au hasard.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here