21.5 C
Munich

MHD : Le Prince du Nord de Paris Condamné à 12 Ans de Prison !

Must read

ZEZ
ZEZ
C.E.O HELL SINKY, author, journalist, documentary

MHD était autrefois considéré comme le “Petit Prince” du Nord de Paris. Il a commencé son parcours dans la capitale depuis le 19e arrondissement, livrant des pizzas pour une grande chaîne américaine. Parfois, il suffit d’une seule idée pour tout changer. Un après-midi mémorable, l’agence MPC a contacté plusieurs médias rap, leur proposant un freestyle Afro Trap. Peu y croyaient, sauf le public, et du jour au lendemain, MHD est devenu une star.

À cette époque, les équipes éditoriales n’étaient pas préparées à cet événement. Facebook était la plateforme la plus efficace pour promouvoir les artistes. Lorsque de grandes pages Facebook comme Rapunchline ont dévoilé le premier freestyle AfroTrap de MHD, c’était comme une explosion. Souvent imité mais jamais égalé, MHD a recueilli des millions de vues en quelques heures. Les compteurs étaient hors normes, et le Prince de l’Afrotrap est devenu le leader d’un mouvement.

Qu’est-ce qui explique ce succès ? À une époque où les cultures urbaines étaient en plein essor, personne en France n’avait pensé à fusionner les influences Afro et Trap. La culture Afro imprègne maintenant toute l’Europe, pas seulement à travers la diaspora. Des artistes comme Aya Nakamura, malgré les doutes initiaux des médias grand public, sont devenus les artistes féminines les plus célèbres en France, s’inspirant de la vague Afro. À cet égard, MHD était un précurseur.

En quelques mois, l’Afrotrap a trouvé sa place dans les clubs spécialisés et les stations de radio. Cependant, il y avait déjà des inquiétudes concernant l’entourage douteux de MHD. Comme de nombreux artistes des quartiers, MHD était déchiré entre sa vie dans le système des stars et ses amis d’enfance. La trahison serait suicidaire, mais les suivre le mènerait à sa perte.

Dans son freestyle AfroTrap le plus célèbre, “La puissance“, au milieu d’un ego-tripping puissant, l’artiste a exprimé ses doutes sur son avenir et mentionné un “ennemi”. MHD était loin d’être un gangster.

Le tribunal l’a récemment condamné à 12 ans de prison pour son implication dans l’affaire Loic K..

MHD : L’Affaire Loic K. !

La nuit du 5 au 6 juillet 2018, un incident grave s’est produit rue Saint-Maur dans le 10e arrondissement de Paris. Un homme nommé Loïc Kamtchouang, connu sous le nom de “Pépé“, âgé de 23 ans et d’origine franco-camerounaise, a été renversé par une voiture puis attaqué par un groupe d’une dizaine d’individus portant des capuches et habillés en noir. La victime a été frappée et poignardée à plusieurs reprises, ce qui a entraîné environ 30 blessures ou égratignures par couteau sur son corps. Malheureusement, l’une de ces blessures, le long de sa cuisse gauche, a entraîné sa mort quelques minutes après l’agression.

Le contexte de cette tragédie est une rivalité de longue date entre deux groupes rivaux du nord-est de Paris. D’un côté se trouve le quartier de la Grange-aux-Belles dans le 10e arrondissement, d’où était originaire la victime. De l’autre côté se trouvent les Chaufourniers, situés à quelques rues de là dans le 19e arrondissement, associés au créateur du mouvement musical “afro trap“. Cette rivalité avait déjà conduit à la violence un an plus tôt, en mars 2017, lorsqu’un membre des Chaufourniers avait été attaqué par le quartier rival.

Quelques heures avant le meurtre de Loïc Kamtchouang, un membre des Chaufourniers, Binke K., a été menacé chez lui par une dizaine d’individus de la Grange-aux-Belles, devant sa famille. Cela soulève la question de savoir si le meurtre de Loïc était une réponse à cette provocation le même jour. Le procès en cours devra répondre à ces questions et déterminer la responsabilité des personnes impliquées, y compris Binke K., qui est également accusé d’“homicide volontaire” dans cette affaire.

MHD : Il a Toujours Proclamé Son Innocence !

Même si MHD a toujours clamé son innocence, plusieurs éléments de preuve le lient à cet affrontement violent. Il n’est pas nécessaire de défendre ou d’accuser l’artiste d’innocence ou de culpabilité dans ce texte, car le tribunal a rendu son verdict hier soir. Cependant, cette affaire illustre fortement une déclaration de Kery James (le fondateur du rap conscient en France avec l’album “Et si c’était à refaire“) : “Nous sommes les premières victimes de notre propre violence“.

Le fait qu’un artiste comme MHD, adoré par des millions de personnes, se soit impliqué dans cette voie souligne comment l’abandon des quartiers par la France en général, et l’État en particulier, a conduit ces zones à adopter une culture alternative de la violence. En l’absence d’espoir, avec un système ostracisé par un racisme latent, voire institutionnalisé, et lorsque le trafic de drogue offre plus que le marché local de l’emploi, la culture de la violence alternative devient une réponse à l’injustice et à l’inégalité sociale.

Dans le morceau “L’impasse“, Kery James met également en lumière cette façon de penser. Si le “poète noir“, comme il se décrit lui-même, résonne si profondément, c’est probablement parce que, en son temps, il défendait cette “culture alternative” de la violence.

Pendant un certain temps, avant son procès, MHD a été temporairement libéré de prison et a repris ses freestyles Afrotrap. Cependant, ces morceaux ont laissé un goût amer à ceux qui l’avaient porté au sommet pendant ses années de gloire. Peut-être, face à l’image de ce jeune garçon en or français, devrions-nous remettre en question l’utilité de la violence dans nos quartiers. Peut-être que les autorités devraient aussi se poser une autre question : devrions-nous abandonner des territoires entiers à cette culture alternative de la violence ? Et si les coupables doivent être punis, est-ce une raison pour perpétuer le cycle vicieux qui mène du quartier à la prison ou du quartier à la mort ?

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

You cannot copy content of this page