Ce film, réalisé par le Soudanais Amjad Abu Alala, est inspiré d’une nouvelle de l’auteur soudanais Hammour Ziada. Lequel vit aujourd’hui en Egypte après avoir été banni de son pays. Le tournage s’est effectué au Soudan dans le village du père du réalisateur, Amjad Abu Alala. A l’origine, l’histoire se déroulait en Egypte si j’ai bien compris. 

Tu mourras à 20 ans est la 8ème réalisation du Soudan dans l’Histoire du cinéma. Il s’agit d’une coproduction internationale ( Soudan, France, Egypte, Norvège, Allemagne, Qatar). 

Paris compte 87 ou 88 cinémas selon les sources ( Les EchosLe Figaro…) pour un peu plus de 400 salles. 38 de ces cinémas parisiens sont des cinémas d’art & d’essai qui essaient de résister aux multiplexes. Parmi ces cinémas d’art & d’essai, on trouve le cinéma des Ursulines qui est aussi le plus ancien des cinémas parisiens en activité ( créé en 1926). 

Un parisien va en moyenne 11 à 12 fois par an au cinéma soit trois à quatre fois plus qu’en province. A Paris, chaque semaine, 500 films sont à l’affiche. Dans ces conditions, il est selon moi nécessaire, quand j’arrive à m’extraire de l’attraction des multiplexes, d’aller voir en priorité des films comme Tu mourras à 20 ans qui est sorti dans seulement trois cinémas à Paris ce 12 février 2020. Il est encore possible d’aller le voir dans ces mêmes cinémas ainsi que dans un cinéma à Créteil et à Montreuil. A ce que je viens de voir, ce film avait été projeté ce 5 février 2020 à l’Institut du Monde Arabe. 

Quelques cinémas projettent également Tu mourras à 20 ans en province. A Rennes, par exemple. 

Muzamil ( une fois adulte, l’acteur Mustafa Shehata) nait dans la province d’Aljazira, au Soudan, entre le Nil blanc et le Nil Bleu avant que les deux branches du fleuve, en se rejoignant, forgent le Nil qui part ensuite vers l’Egypte. 

On peut donc déjà dire que, sans forcément le savoir, Muzamil naît entre le jour et la nuit ou entre la vie et la mort. Car lorsque sa mère Sakina ( l’actrice Islam Mubarak), accompagnée de son père, fait le trajet pour le faire baptiser selon un rituel soufi, l’un des derviches tombe , alors que la bénédiction est en cours, et prononce la « condamnation » : 

Muzamil est destiné à mourir à 20 ans et ce que Dieu a scellé, personne ne peut le défaire. Muzamil est le seul enfant du couple. Et les deux parents ne sont pas si jeunes que ça. Sakina a bien une bonne trentaine d’années. Peut-être doit-on comprendre qu’il leur a été difficile de concevoir cet enfant. Et qu’il leur est peut-être impossible d’en avoir un autre. 

La déclaration provoque la séparation des deux parents de Muzamil, encore bébé. Le père, contrairement à Sakina, ne se sent pas les épaules pour rester et opte pour partir travailler au loin. Et, pendant des années, il adressera régulièrement de l’argent et des courriers à Sakina. 

Muzamil, lui, grandit à l’écart des autres. Sakina doit donc faire avec deux bannis : le père et le fils. L’un, par honte et par désespoir. L’autre, par innocence. 

On est très vite tenté de faire des analogies avec le film Va, vis et deviens réalisé par Radu Mihaileanu en 2005. Que cette comparaison plaise ou non ( puisque dans Va, vis et deviens, l’histoire se déroule en Israël ), dans Tu Mourras à 20 ans, on est à la fois dans le Sacré et dans la mythologie. Et aussi dans le conte et dans le blues. Dans des mythes fondateurs tant africains qu’européens. 

Le Sacré : Il n’ est pas encore fait allusion dans cet article à l’église du Sacré-Cœur, située dans le 18èmearrondissement de Paris.Par contre, à parler de l’Egypte et du Nil, il est difficile d’éviter certaines références au Sacré. Que l’on parle de l’Egypte du temps des

Pharaons et, déjà, de la fuite des Juifs ou de toute histoire que chacune et chacun raccordera à ce qui a pu lui être transmis dans son héritage familial à propos de l’Egypte et du Nil. 

Et puis, ce fils qui est sacrifié par la volonté de Dieu, cela rappelle une autre Histoire. 

La mythologie : On retrouve au moins la silhouette d’Ulysse dans Tu mourras à 20 ans

José ( l’acteur Gary Cadénat) et Medouze ( l’acteur Douta Seck) dans ” Rues Cases Nègres” réalisé par Euzhan Palcy.

Le conte : En regardant Tu Mourras à 20 ans, j’ai très vite pensé à un conte originaire de la Louisiane où il est question de l’esclavage, d’un petit garçon, Boy, à qui le vieil esclave Jason ( un autre prénom bien connoté question sacré et mythologie), le soir, apprend à jouer de l’harmonica et lui conseille d’aller vers le Nord, en suivant la voie ferrée, afin de devenir libre. Le vieux Jason est bien l’équivalent du vieux Medouze du film Rue Cases Nègres réalisé en 1983 par Euzhan Palcy d’après le roman du Martiniquais Joseph Zobel. Et le personnage de Sulaiman ( Mahmoud Elsaraj) dans Tu mourras à 20 ans est bien leur alter-ego ainsi que, sans discussion possible, la figure du Bluesman. Soit l’homme qui voyage ou qui a voyagé, qui a enduré et vécu y compris de façon hors-la-loi selon la morale. 

Muzamil, sa mère Sakina et son père vivent scrupuleusement selon la Loi et lorsque l’on voit le résultat, on se demande quel crime horrible ils ont pu faire pour avoir ces vies de plaie. Mais si l’on regarde en Europe, avec un film comme Raining Stones ( 1993), un cinéaste comme Ken Loach a aussi pu parler de cette souffrance infligée injustement au nom de la religion. 

L’actrice Emily Watson dans ” Breaking the Waves” réalisé par Lars Von Trier.

On retrouve cette même souffrance dans Breaking the Waves ( 1996) de Lars Von Trier. 

Et si l’on insiste et que l’on tient vraiment à parler de fondamentalisme religieux parce-que l’on trouve ces films encore trop légers et trop sautillants, on peut se mater le documentaire Jesus camp, réalisé en 2006 par Heidi Ewing et Rachel Grady. Ça se passe au Dakota du Nord et dans le Missouri, dans les Etats-Unis du 21ème siècle, Première Puissance Mondiale, dont une bonne partie des immigrés de l’époque de la « colonisation » venait d’Europe. 

Le Blues : que l’on parle du Nil ou du Delta du Mississipi, on entre dans la poussière du Blues. Le défunt musicien malien, Ali Farka Touré, n’est pas loin, et avec lui se trouvent celles et ceux qui l’ont précédé et celles et ceux qui l’ont suivi. Dans les environs du Rap et de tant d’autres genres musicaux. Trop de voix et de notes pour les faire porter par des mots. Parce-que le Blues, c’est franchir des frontières, aller au devant d’un voisinage, d’un langage et d’un espoir, les raconter et les réinventer, plutôt que de continuer de faire tapisserie et de toujours- devoir- subir et accepter les règles des impasses jusqu’à la dernière d’entre elles, celle où tout se joue. Celle qui peut tout voir et tout entendre. 

Pour ces quelques horizons, Tu mourras à 20 ans vaut plus que le coup d’œil. Ensuite, tout est question d’interprétation. On peut, comme certains des personnages dans le film, s’anesthésier avec des récitations que l’on répète ad libitum sans bien les comprendre. Que l’on parle de religion ou de toute sorte d’enseignement, de mode de vie, et de protocole à l’école, dans la vie ou au travail. 

Sakina ( l’actrice Islam Mubarak) et Muzamil.

Ou on peut se dire qu’à 20 ans, et après 20 ans d’interdits et d’épreuves, Muzamil va peut-être abandonner celui qu’il a été et devenir un autre. Comme le fleuve qui va se jeter dans la mer. Comme Boy, l’enfant esclave, qui, dans le conte, alors que le contremaitre l’emmène pour le vendre, décide subitement de s’enfuir. Comme le bluesman Robert Johnson qui passait de train en train sans doute pour échapper au train- train quotidien. Comme le Bluesman John Lee Hooker, qui, dans son adolescence, a commencé à fuguer pour se diriger vers le Nord. 

Comme toute personne qui, lorsqu’elle aspire à grandir, un jour, se décide à quitter sa routine quitte à revenir sur ses traces plusieurs années plus tard. 

Comme les migrants de toutes sortes qui quittent leur pays, leur région, voire, pour certains, leurs familles, leur langue, leur religion, leur profession, pour des raisons climatiques, économiques, militaires ou différentes mais toujours pour des raisons de vie ou de mort. Que l’on s’en souvienne ou non. 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here