Guy Georges était Le tueur de Bastille !
Guy Georges était Le tueur de Bastille !

Guy Georges était Le tueur de Bastille !

Guy Georges était Le tueur de Bastille ! Si l’affaire a autant fait parler c’est aussi parce que c’est la première fois que l’ADN permet d’identifier un criminel. On parle de l’affaire SK1.

Guy Georges ; Une enfance très difficile !

C’est souvent à l’enfance que les plus grands traumatismes se forment. Dans sa carrière terrible de criminels sans vergogne, Guy Georges fait preuve d’une cruauté sans égale avec les femmes. Il assouvit des désirs de domination représentée par le viol et le meurtre. Après ses crimes, il squatte généralement l’appartement de ses victimes. Il lui est même arrivé de prendre une bière après un meurtre. Le tueur de L’Est Parisien déteste viscéralement la gente féminine.

Selon les psychiatres, il fait preuve de discernement tout au long de ses crimes. Mais d’où vient cette haine pour les femmes ? Guy Georges est le fils de Hélène Rampillon. La jeune femme travaille dans un bar à côté d’une base américaine. Jeune et plutôt jolie, elle multiplie les aventures avec les soldats américains dans les 60′. Elle aura deux enfants non voulus de cette union Stéphane et Guy. C’est pour ça que le tueur de L’Est Parisien déteste viscéralement la gente féminine

Car non seulement il ne bénéficiera d’aucun traitement de grâce. Mais très jeune sa mère l’abandonne avec Stéphane pour rejoindre le père de ce dernier aux USA. Il sera placé de foyer d’accueil en foyer d’accueil. Ses premières victimes sont ses sœurs qu’il tente d’étrangler. Il s’attaque à une sœur handicapée faisant preuve dès son plus jeune âge d’une apathie totale envers les femmes.

Guy Georges était le tueur de Bastille !

Pendant près de 10 ans, Guy Georges mène une carrière criminelle dans l’EST parisien. En fin de carrière, tout le monde se rappelle même qu’une certaine panique s’était épris du quartier de Bastille. Ce n’était pas vraiment une psychose mais le tueur de l’Est parisien faisait peur. Guy Georges était Le tueur de Bastille.

Son mode opératoire est toujours le même. Il utilise des couteaux, fait preuve d’un sang froid et d’une apathie hors norme, et surtout il choisit des femmes brillantes de la société de l’Est parisien. Les viols et les meurtres commis par Guy Georges s’apparentent à de la vengeance sociale, et aussi une vengeance pour la mère qui l’a abandonné. La vengeance sociale est typique dans les viols concernant les personnes que l’on connaît pas « personnellement ». Le tueur de L’Est Parisien déteste viscéralement la gente féminine .

Des dizaines de vies seront brisés par le tueur de l’EST parisien qui fait cependant une erreur.

Le tueur de L'Est Parisien déteste viscéralement la gente féminine
Le tueur de L’Est Parisien déteste viscéralement la gente féminine

Chronologie de Guy Georges

  • 15 octobre 1962 : naissance de Guy Georges
  • 1976 : il agresse sa première victime, sa jeune soeur Roselyn, déficiente mentale.
  • 1978 : agression d’une autre de ses soeurs, Christiane
  • Février 1979 : il attaque Pascale C. Il sera placé en détention pendant une semaine.
  • 1980 à 1982 : agressions de quatre jeunes femmes. Il violera deux d’entre elles et laissera sa dernière victime pour morte.
  • Juin 1982 : il viole et poignarde une jeune femme avant d’être repéré par un vigile. Il est emprisonné durant 18 mois.
  • 27 février 1984 : Guy Georges abuse d’une jeune femme et la blesse alors qu’il est en permission de sortie. Il écope de 10 ans de prison.
  • 24 janvier 1991 : profitant d’un régime de semi-liberté, il viole et tue Pascale Escarfail, 19 ans. Sa peine est rallongée de 8 mois.
  • 22 avril 1992 :  18 jours après sa sortie de prison, il agresse la jeune Elisabeth D, qui parvient à s’échapper et à alerter les autorités. Interpellé, il est condamné à 5 ans de prison, dont deux fermes.
  • 7 janvier 1994 : viol et meurtre de Catherine Rocher
  • 13 janvier 1995 : il agresse Annie L, une animatrice radio qui parvient à s’échapper.
  • 8 novembre : Guy Georges commet un nouveau meurtre. Il viole et tue Elsa Benady
  • 10 décembre : viol et meurtre d’Agnès Nijkamp. Guy Georges laisses de premières traces d’ADN.
  • 15 juin : Guy Georges agresse Élisabeth O. Elle parle avec son assaillant et parvient à s’enfuir. Elle donnera un portrait-robot approximatif de Guy Georges aux enquêteurs. Néanmoins, le tueur commet sa deuxième erreur et laisse une empreinte génétique sur un mégot oublié sur les lieux de l’agression.
  • 8 juillet 1995 : viol et meurtre d’Hélène Frinking, 28 ans. Une nouvelle empreinte ADN est retrouvée sur les lieux. La comparaison de cet ADN suspect avec ceux prélevés chez Agnès Nijkamp et Élisabeth confirme la présence d’un mystérieux  »tueur au couteau ».
  • 25 août : Il agresse Mélanie à son domicile. Elle est sauvée de justesse par son compagnon. Guy Georges oublie son portefeuille dans la précipitation, ce qui conduira à son arrestation. Pour cette agression, il écope de 30 mois de prison.
  • 23 septembre 1997 : trois mois après sa libération, il viole et tue chez elle Magali Sirotti, 19 ans.
  • Nuit du 15 au 16 novembre : il viole et assassine Estelle Magd. Ce sera sa dernière victime.
  • 26 mars 1998 : Guy Georges est définitivement arrêté.
  • 5 avril 2001 : Après avoir enfin reconnu sa culpabilité, Guy Georges est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans.

Guy Georges arrêté grâce aux recherches ADN

Tout au long de sa triste carrière de criminelle, Guy Georges passe au travers des filets de la justice. Il n’est même pas reconnu par l’une de ses victimes qui le voit en photo. Cependant, le violeur, tueur en série fait l’erreur de laisser quelques traces ADN. Les liens entre les meurtres sont assez vite réalisés. Et la recherche ADN réalisée par un laboratoire de Nantes le désigne comme le coupable.

Encore une fois il a un coup de chance. La radio RTL diffuse l’identité de Guy Georges qui était Le tueur de Bastille avant son arrestation. Elle est à deux doigts d’être compromise. Mais finalement les agents de la police judicaire l’interpellent. Son histoire a donné lieu à un long métrage : « L’Affaire SK1« . Et une chose est sûre : le tueur de L’Est Parisien déteste viscéralement la gente féminine .

error: Content is protected !!