Sofiane – Zidane

Deux minutes d’égotrip, deux minutes de Sofiane dans la plus grande tradition du rap, deux minutes pour annoncer un nouvel album « La direction » qui arrivera fin mai. Alors que l’IEP de Paris essaie de s’attacher les services du Professeur, Fianso a véritablement changé de galaxie. Il est loin le temps des freestyles « JesuispasséchezSo« . Après avoir engagé le réveil du rap français à travers la série de freestyle éponyme, le rappeur du 93 déclare en toute honnêteté dans « Tout le monde s’en fout » : « Voir les regards changés, je pensais que c’était l’épilogue, ça ne se comptait pas en années, ça se comptait en épisodes ».

Petite réflexion sur la futilité du succès. Que savait le succès et le public de Sofiane lorsqu’il dressait ses « blacklist » dans l’indifférence de tous ? Aujourd’hui, le petit rappeur est devenu un producteur puissant qui est loin de faire de la figuration au milieu des cols blancs. Oui peut être que Sofiane est devenu un « Nouveau Parrain » comme il le crie avec Soolking il y a quelques semaines au milieu d’un Palais Brognart qui voit débarquer le « Grand Paris » dans le symbole de la puissance triomphante. Affranchis Music, sa carrière de rappeur, et sa carrière d’acteur, l’homme perfectionniste à souhait ne laisse absolument rien passer, il ne se lance jamais dans un projet par hasard.

Autre chose, Sofiane comme un certain « Zidane » se rappellera toujours d’où il vient. Il n’est pas rare de retrouver le rappeur aux côtés de rappeurs indépendants en tant que figurant dans les clips de rap. Il n’est pas rare non plus de le retrouver à la tête de projets humanitaires. Comme lorsqu’il organise un Rentre dans le cercle pour récolter des fonds pour la fondation Abbé Pierre. Oui Sofiane est toujours Sofiane « from the block« . Il ne s’est jamais « embourgeoisé« .

Que dire de Zidane ? C’est du Sofiane dans le fond et la forme. La production instrumentale explosive est l’œuvre de Tarik Azzouz, un beatmaker maison. Avec ses samples de trompette, elle a un côté un peu solennelle. En deux minutes, le rappeur montre l’étendue de son talent et de son impertinence. En fin de morceau, il annonce « La direction » pour le 21 mai. Le clip réalisé par Paul Paccini est tout simplement élogieux.

error: Content is protected !!