Le compère d’Orelsan chez les Casseurs Flowters vient de sortir son album “Enfant de Lune” après plusieurs reports successifs. Moins cynique que son coreligionnaire, il n’en reste pas moins complètement désenchanté. Au programme près de 16 titres plein de désillusion, plein de tristesse, et surtout des featuring qui en disent long sur son rejet complet du gangsta Rap. On y retrouvera par exemple un Orelsan très attendu sur ce titre, comme un Vald et sa bande, ou encore Léa Castel. Contrairement à la série complètement “Bloqués” qu’il a animé avec Orelsan sur Canal +, “Enfant  Lune” ne fait pas rire. L’album commence sur un “mémo” empreint d’une petite sirène pleine de mélancolie, une mélodie spatiale, ou Gringe fait part de son mal de vivre.

Puis c’est avec le “Paradis Noir” en collaboration avec un DJ Pone au top de sa forme que le compère d‘Orelsan pose non sans raison sur une instrumental piano et violon (au ralenti). La mauvaise humeur vous frappe d’un coup : “Si tu me demandes ce que j’ai fait toutes ces années à part reporter l’album ! Rien “ ou encore “Je suis ma propre bande rivale”. Les confessions de Gringe sont aussi hardcore que celle de JJ Rousseau. “Paradis Noir” est l’hymne de la dépression.

Lorsqu’il chante seul, Gringe parle de ses déceptions amoureuses comme dans “Je la laisse faire”, lorsqu’il est en groupe comme avec Némir (la nouvelle bande) sur “Jusqu’où elle m’aime” ou avec Orelsan sur “Déchiré” c’est un peu la même chose. Mais “Déchiré” est ambivalent, un morceau sur l’infidélité et son ami intime la jalousie. Mais si les lyrics sont un peu sombre et désenchanté, le thème toujours mélancolique, le style évolue d’un titre à l’autre sauvant Gringe de la redondance. Un éceuil bien connu des artistes. Son feat avec Vald, Orelsan est en revanche porté sur l’égotrip avec un côté second degré typique des artistes Troll Rap en France.

Spéciale dédicace au morceau “On danse Pas”, reprise utile du titre éponyme d’Oxmo Puccino, que l’on peut dater au Carbone 14. Les références à l’époque entre Uber X et Netflix sont nombreuses. Oxmo et Gringe ne dansent pas mais ce ne sont pas pour les mêmes raisons. Comment ne pas parler du morceau très émouvant que Gringe a composé avec Léa Castel qui raconte la descente aux enfers de son frère gravement malade. Gringe n’a plus envie de rire, il préfère se dévoiler.

L’opus “Enfant Lune” est intéressant et en introspection. Cependant on imagine qu’avec son aisance lyrical, Gringe n’est pas encore arrivé au sommet de son art. Il a pourtant renversé tous les codes du Rap français en un morceau. Le rappeur n’est pas une brut défoncé au stéroïdes, c’est aussi un homme qui avance avec ses doutes et ses complexes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here