16.9 C
Munich

Une renaissance artistique avec “Corleone II” pour Lacrim

Must read

ZEZ
ZEZ
C.E.O HELL SINKY, author, journalist, documentary

La révélation du dernier chapitre de la saga “R.I.P.R.O” par Lacrim a suscité des rumeurs de fin de carrière, un scénario déjà envisagé pour d’autres grands noms du rap tels que Booba, qui malgré l’annonce de sa retraite suite à un concert épique au Stade de France, a surpris avec un nouveau projet peu après. La légende de Lacrim, toutefois, a réellement pris son envol avec l’opus magistral “Corleone”.

Le triomphe de Lacrim avec “Corleone”

Signant avec le prestigieux label Def Jam et décrochant un disque d’or seulement dix jours après sa libération, Lacrim a gravé son nom dans l’éther du rap français. Sa vie s’est ensuite déroulée loin de l’Hexagone, un voyage marqué par des hauts et des bas, reflétant les tourments d’un artiste en constante évolution. Ses récents EPs et multiples collaborations internationales, en particulier son projet éponyme “Lacrim”, témoignent d’une créativité inépuisable. Le morceau “Code Barre” expose son introspection et ses doutes, rappelant les mots d’un confrère rappeur du 94 : “Donne-t-on le bâton pour se faire battre ?” Et c’est avec une force renouvelée qu’il présente “Veni Vidi Vinci”, un album qui promet d’être une nouvelle célébration de son talent.

Une renaissance artistique avec “Corleone II” pour Lacrim

L’opus “Corleone II” s’annonce comme un renouveau artistique pour Lacrim, un tournant stylistique mémorable orchestré par les mélodistes Franklin et Chahid. Franklin, producteur et guitariste marseillais de Blue Sky Publishing, enrichit cet album d’une production électro rythmée, rappelant l’accueil chaleureux réservé à “l’autre dimension” d’Akhénaton avec “Electro Cypher”. L’œuvre de Lacrim se dresse comme une météore dans le firmament musical.

Cet album marque le retour du gangsta rap authentique, longtemps camouflé depuis l’ère où, comme l’affirmait Diam’s, “les rappeurs font des clips le cul moulé dans des slims”. Avec sa punchline acérée, Lacrim lance un défi :

“Tu crois qu’j’vais t’fumer pour un regard de travers, nan (De travers, nan)
J’vais t’laisser croire qu’t’es le plus fort de la Terre (De la Terre)
Mon garçon, j’ai beaucoup trop d’choses à faire (D’choses à faire)”

Le vidéoclip de “Corleone”, tourné à Phuket et réalisé avec l’appui des Hells Angels locaux, célèbre les dix ans de l’album qui a lancé la carrière exceptionnelle de Lacrim. Dirigé par Arg Visual, connu pour son travail proche avec l’artiste, notamment sur un récent projet avec Baby Gang, le clip est une ode visuelle qui préfigure l’arrivée triomphante de son prochain album.

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

You cannot copy content of this page