( Arts Martiaux) A Toute Epreuve : une interview de Maitre Jean-Pierre Vignau

 » Tu as le feu vert ». Cette phrase de Jean-Pierre Vigneau, je m’en suis rappelé quelques heures plus tard, hier soir. 

Dans l’article Arts Martiaux : un article inspiré par Maitre Jean-Pierre Vignau

j’évoquais cette interview filmée de Maitre Jean-Pierre Vignau. C’était ce samedi 21 novembre 2020. 

Hier ( mardi) j’ai tenté de joindre Jean-Pierre avant de publier mon article. Pour le prévenir. Mais aussi pour voir avec lui s’il préférait lire l’article auparavant. Répondeur. Finalement, j’ai publié l’article. Puis, quelques heures plus tard, je lui ai envoyé le lien de l’article par sms. Jean-Pierre m’a alors appelé. 

 » J’ai raté l’appel tout à l’heure » m’a-t’il dit. Je lui ai alors expliqué où j’en étais et lui ai demandé comment il voulait que l’on s’y prenne. Et, là, la phrase de Jean-Pierre est arrivée simplement.

Le Feu vert.

Dans cette simple phrase, toute la confiance de Jean-Pierre. Nous nous sommes rencontrés une seule fois. Il n’a jamais rien lu de moi. Et, je devine qu’il ne lira peut-être pas l’article tout de suite s’il le fait. Il a mieux à faire ailleurs. Comme, par exemple, écouter dans quelques heures ( mardi soir) ce que va dire « Le Président » concernant le maintien ou l’assouplissement des mesures concernant le confinement à propos de la pandémie du Covid. 

 » Le président ?! ». Je pense au Président de la Fédération du Karaté ou des Arts Martiaux même si je ne sais pas de qui il s’agit. Non, le Président Macron, me répond Jean-Pierre. Je me suis tellement « moulé » dans un certain mode de vie depuis la pandémie et les mesures de confinement. J’ai été si convaincu qu’il allait nous falloir faire montre de patience, que, depuis le tout premier discours – Mi-mars- du Président de la République, Emmanuel Macron, « notre » Président, je n’écoute plus ses discours. 

Ou, peut-être, que je n’ai toujours pas digéré cette ambiance de fin du monde de son premier discours Mi-Mars. Je n’ai jamais cru non plus à mon statut « de héros de la nation ». Je n’ai jamais compté sur la production expresse et miraculeuse du vaccin « magique ». Alors que je m’étais inquiété quant à la perte de certaines de nos libertés. Même si je me suis rapidement « fait » à cette nécessité des gestes barrières. Et à un petit peu de discernement quand c’est possible. 

Mon « indifférence » actuelle envers le Président Emmanuel Macron vient peut-être aussi du fait que, même s’il prend la parole et essaie de paraître comme celui qui reste le chef d’orchestre,  j’ai fini par considérer que la pandémie est depuis quelques mois devenue notre véritable présidente installée. 

Une « Présidente » Covid autour de laquelle sont très vite venus graviter quelques parasites, dont « notre » Président, alors qu’elle ne devait être que passagère. A la suite de cela, j’ai en quelque sorte « flouté » l’image de « notre » Président actuel, persuadé de sa propre impuissance. 

Mais j’ai sûrement tort de banaliser Emmanuel Macron et celles et ceux qui gouvernent avec lui et les autres. Mon manque de clairvoyance à leur sujet vient certainement du fait que je n’ai aucune compétence politique. Que je vis un peu au jour le jour et avec une  perspective assez limitée. Ce confinement et cette distanciation sociale ont des effets abortifs sur notre imaginaire.  Sauf pour certains qui continuent d’agir, d’entreprendre et de décider. L’épreuve du Vendée Globe est là pour nous le rappeler. Si certains concurrents en tête peinent, à certains moments, à récupérer le vent qui les fera avancer de nouveau, ils sont néanmoins toujours en mer, en avance sur d’autres. Et, lorsque le vent « rejaillit », ils sont, à nouveau, bien plus avancés que d’autres qui traînent derrière.

Lorsque la pandémie du covid régressera pour de bon, et que l’horizon se dégagera, on devrait voir apparaître, installées à des fonctions clé, pour notre époque et notre société, certaines personnes que l’on avait jusque là ignorées ou sous-estimées. Ces personnes auront su profiter du contexte du Covid pour entreprendre ou bien se placer.

De mon côté, c’est parce-que, depuis Mi-Mars,  j’ai toujours respecté les gestes barrières que je me suis autorisé à aller rencontrer Jean-Pierre chez lui. Cela a été mon Vendée Globe. Pour cela, il m’a suffi de dépasser la distance kilométrique « autorisée » de un kilomètre autour de chez soi.  J’étais motivé. Parce-que je me suis dit qu’en temps ordinaire, il aurait été plus été difficile d’obtenir aussi rapidement une telle rencontre avec Jean-Pierre, à son domicile. 

Dans ce « feu vert » qu’il m’a  donné, je mesure à la fois la responsabilité, pour moi, de faire au mieux. Mais je me demande aussi, si moi-même, il m’arrive de donner mon feu vert aussi facilement et aussi rapidement autour de moi. J’ai du mal à le croire. 

Mais ce feu vert, où cette autorisation, correspond aussi très bien à Jean-Pierre. Car, comme on pourra le voir et l’entendre dans ces images, il est particulièrement vert. J’ai donné comme titre à cette interview A Toute épreuve. Je crois qu’il sera facile de comprendre la ou les raisons de ce titre.

Ps : je rappelle qu’une fois arrivé chez Jean-Pierre et Tina, j’ai posé mon caméscope et l’ai laissé filmer tant qu’il a pu. L’interview s’arrête donc brutalement après un peu plus d’une heure. J’ai effectué deux incises au « montage ». Autrement, cela s’est passé tel que vous le voyez. Concernant Tina, la femme de Jean-Pierre, elle reste hors-champs pendant toute l’interview. J’estime que ce hors-champs préserve à la fois sa tranquillité ( c’est Jean-Pierre que j’interviewe) tout en ajoutant une plus value à l’interview.

Franck Unimon, ce mercredi 25 novembre 2020. 

A Toute Epreuve : une interview de Maitre Jean-Pierre Vigneau from Unimon on Vimeo.

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

18,779FansLike
704SubscribersSubscribe
- Advertisement -

Latest Articles

error: Content is protected !!