Sankara n’est pas mort :  Réalisé en 2019 par Lucie Viver.

Musique : Rodolphe Burger.

Langues parlées   : Français, Moré, Dioula. 

Film Disponible en VOD sur la plateforme  25 ème Heure

Distribué par Meteore-Films

Agence de Presse : Makna Presse/ Chloé Lorenzi

D’un point de vue occidental, j’ai l’impression que chaque fois que l’on parle de l’Afrique, qu’en fait, on parle d’un pays. Comme si l’Afrique était une fresque saccadée et fragile, qui, pour se tenir et s’ériger, nécessitait le cours et les contours de tous ses fleuves, de tous ses mirages et de tous ses peuples. Et qu’elle héritait constamment de sillons- en partie coloniaux- la séparant de ses aimants. Un destin qui peut ressembler à celui de toute minorité disparue ou menacée de finir dans une décharge un jour ou l’autre que ce soit en Asie, en Amazonie ou en Europe. Car une minorité qui ne se fond pas dans la masse ou dans la Norme ombilicale de la majorité est généralement considérée comme usagée. Sauf que l’Afrique est beaucoup trop grande, trop peuplée et trop ancienne, pour être uniquement un bout de terrain même si elle sert souvent de parking et d’antres-peaux à certains entrepreneurs, à certaines castes familiales et politiques d’Afrique et d’ailleurs.

Pendant ce temps, en occident, en Asie ou ailleurs, certaines Nations se démarquent sans qu’on leur colle la même exigence d’unité que l’on impose à l’Afrique. Nous l’avons vu récemment avec la pandémie du Covid-19 : On nous a parlé de l’Allemagne,   des Pays-Bas, la Chine, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Russie, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie, l’Espagne…. et de l’Afrique qui était à nouveau appelée à souffrir- un peu comme si l’Afrique était de la même taille qu’Haïti- car trop peu structurée.

L’Afrique est peut-être le continent dont on parle le plus sans le connaître, en occident. Sans même prendre la peine de présenter ses excuses pour notre ignorance la concernant. Lorsqu’on parle d’elle. Elle est cette gigantesque silhouette dans l’arrière champ d’un film. Celle qui fait le ménage ou est un mauvais exemple, dont on retient à peine le nom et dont on oublie la fiche de paie.

Lorsqu’on parle de l’Afrique, en occident, le plus souvent, c’est pour nous parler d’un vertige bloqué. D’un continent qui dégringole. Et qui dégringole sans cesse. Rimbaud a écrit Le Bateau ivre. C’est toujours un modèle. Depuis l’occident, avec nos yeux d’occidentaux standardisés,  on pourrait presque surnommer l’Afrique, le continent ivre. Et ce n’est pas pour la citer en exemple. Car nous avons alors les yeux de celle ou celui qui quitte le sol et voit déjà double rien qu’en fixant le fond de son verre et cela avant même de commencer à boire ce qu’il contient.

Je suis un occidental. Je suis né comme ça. Je répète seulement à ma façon ce que l’auteur noir américain Richard Wright (mort à Paris en 1960) avait pu dire il y a un demi-siècle siècle ou davantage.

Thomas Sankara connaissait sans aucun doute des auteurs comme Richard Wright, une référence occidentale. Par contre, en occident, nous connaissons moins bien les auteurs africains.

Je ne connais rien à l’Afrique. Je n’y suis jamais allé. Personne, dans ma famille, n’y est jamais allé. Plusieurs de mes ancêtres, il y a longtemps, ont été forcés d’en partir. C’est tout. On ne sait même pas exactement qui ils sont. Ni d’où ils venaient précisément dans l’Afrique des siècles passés. A quels peuples ils appartenaient. Moi, je suis né en île-de-France.

L’Afrique actuelle compte un peu plus de trente pays. Je viens de l’apprendre en comptant sur une carte. Il me semble que l’Europe actuelle compte moins de pays que l’Afrique. Mais je n’ai pas compté.

Le Burkina Faso ou Burkina, l’ancienne Haute Volta, fait partie de l’Afrique de l’Ouest.   

Autour du Burkina Faso ( 20 millions d’habitants), situé en Afrique de l’Ouest, on trouve le Mali, le Niger, le Bénin, le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire. Certains de ces pays, avant l’époque coloniale et aussi pendant l’époque de l’esclavage ont été de grands royaumes africains tant par la force militaire, économique que culturelle. Leurs frontières étaient aussi différentes.

Le Burkina n’a pas d’accès direct à la mer.

Thomas Sankara, Président d’orientation marxiste, a appelé l’ancienne Haute Volta, le Burkina Faso:

«  Le Pays des hommes intègres ».

C’était en 1984. Après le Putsch Militaire qui l’a amené à devenir le Président du pays. Jusqu’en 1987 où il aurait été assassiné par le capitaine Blaise Compaoré, un de ses anciens alliés, qui a ensuite dirigé le pays jusqu’en 2014 où l’insurrection populaire l’a vidé du Pouvoir. Aujourd’hui, Blaise Campaoré vivrait en Côte d’Ivoire ( le journal Le Monde diplomatique, Mai 2020, article de Rémi Carayol, Les milices prolifèrent au Burkina Faso).

Le Burkina a été un pays où des « groupes communautaires et des religions y coexistaient de manière pacifique :

Mossis, Bobos, Dioulas, Peuls, Gourmantchés, Sénoufos, Bissas, Touaregs etc….Selon le recensement de 2006, le pays compte 60,5% de musulmans, 19% de catholiques, 15,3% d’animistes et 4,2% de protestants. Les mariages mixtes y sont nombreux ; les familles, multiconfessionnelles » (article de l’envoyé spécial Rémi Carayol, dans le journal Le Monde diplomatique de Mai 2020article Les milices prolifèrent au Burkina Faso, page 12).

Actuellement, les Peuls sont accusés d’être proches des djihadistes.  Certains Peuls ont été « massacrés » par certaines confréries  (dont les dozos ou donsos) de chasseurs traditionnels. Depuis des siècles, les dozos «  assurent la protection des villageois, régulent la pratique de la chasse pour préserver la faune et pratiquent la médecine traditionnelle ».  Mais des Peuls ont aussi été tués par « les gardiens de la brousse » ou Koglweogo  (dans la langue des Mossis) après qu’un chef de village Mossi ait été assassiné par des djihadistes.  Les milices des Koglweogo sont apparues dans «  les années 90 » et se « sont multipliées après la chute de M.Compaoré » ( article Les milices prolifèrent au Burkina Faso dans Le Monde diplomatique, Mai 2020).

A l’époque de Thomas Sankara, le climat inter-ethnique était sûrement plus apaisé au Burkina. Et puis, Sankara était un meneur charismatique. Je me rappelle de lui en tenue militaire. Et d’un article où il expliquait qu’il dormait peu et s’imposait une discipline assez stricte en terme d’exercice physique. Ce qui lui donnait les yeux rouges. Et, il anticipait le fait que certaines personnes allaient en déduire qu’il se droguait. Si sa figure de combattant « puriste » pourrait, pour un occidental, spontanément faire penser à une sorte de Che Guévara “africain”, il faut peut-être plus lui trouver de points communs avec Patrice Lumumba du Congo-Kinshasa, assassiné en 1961 avec la complicité de Mobutu, son ancien allié, devenu ensuite dirigeant du pays rebaptisé Zaïre de 1965 à 1997. Le Zaïre, pays où eut lieu , en 1974, le match de boxe Historique- et ultra-médiatisé- entre les deux noirs américains, Georges Foreman et Muhammad Ali, héros de millions de gens.  ( voir le documentaire When we were kings ).

“Loin” de tout ça, le film-reportage Thomas Sankara n’est pas mort de Lucie Viver ( son premier film), débute par des images nous montrant l’usine Ideale où l’on conditionne de l’eau minérale dans des sacs en plastique. Ces sacs sont destinés à la vente. De ces sacs en plastique remplis d’eau, nous passons à  quelques images de rue lors du renversement du gouvernement de Blaise Campaoré.

Un homme explique que le « règne interminable » de Blaise Campaoré a assez duré :

«  Il a été le Président de mon papa. Il ne peut pas être le Président de mes enfants ! ».

Puis, nous suivrons l’écrivain-poète Bikontine à travers le pays. Lequel espère «  se sortir de son chancèlement » au cours de ce voyage qu’il accomplit en grande partie à pied :

Beregadougou, Bobo-Dioulasso, Bagassi, Pompoï, Zamo, Ouagadougou et Kaya sont les étapes de ce voyage assorties chacune d’un titre. « L’illusion d’une vie meilleure » ; «  sans jamais y croire » ; «  c’est le même monde » ; «  je veux changer »…..

Au premier plan, Bikontine.

Bikontine avait 5 ans en 1987, lors de la mort de Sankara. Avec Bikontine, nous découvrons un pays encore paisible (c’est en tout cas que nous montre Thomas Sankara n’est pas mort) où le souvenir de Sankara est resté vivace alors que certains des chantiers qu’il avait lancés sont quelque peu moribonds :

«  Depuis que Sankara est parti, on a eu un faux-départ ».

La monnaie semble être le compas d’un ancien temps. Un stylo peut coûter 3000 francs. Et l’instruction de qualité est peut-être encore plus chère. Pourtant, les personnes que l’on croise avec Bikontine semblent tenir le choc devant la caméra malgré des conditions d’existence qui pourraient donner le hoquet. Une institutrice enseigne en Français à sa classe (de près de cent élèves) la signification des couleurs du drapeau Burkinabé :

« Rouge pour le sang versé par nos grands-pères contre les Blancs ; Jaune pour la couleur de l’étoile qui guide vers un Burkina où il fait bon vivre ; Vert, pour le pays agricole qu’est le Burkina ».

Plus loin, Bikontine, devant des travailleurs dans une plantation de canne à sucre, parle de « l’écume des ouvriers au milieu du soleil ».

Une femme-taxi explique que Sankara considérait la femme comme l’égale de l’homme et qu’il impliquait tout le monde. «  La femme, c’est la lumière du monde ». Pourtant, la contraception des femmes conserve un statut fragile. Une jeune femme souhaite se faire retirer son stérilet qu’elle porte depuis un an et quatre mois car il en a été décidé ainsi avec son mari et, celle-ci affirme à la professionnelle de santé qui la reçoit :

« Il ne va rien arriver ».

Avec un jeune qui a arrêté l’école avant ses 18 ans pour trouver du travail, Bikontine parle de Camara Laye, Césaire et Senghor. Ailleurs, il fait l’expérience de descendre sous terre, à la corde, sur le campement installé par des chercheurs d’or qui se disent qu’ils ont peut-être leurs chances vers les 40 mètres de profondeur. L’installation est plutôt artisanale.

Vers la fin de Thomas Sankara n’est pas mort, nous atteignons le bout de l’unique voie ferrée du pays qui date de l’époque de Sankara et dont la construction a été abandonnée. Bikontine s’est inspiré du sillon de cette voie ferrée pour son trajet à travers le Burkina.

La voie ferrée se délabre. Un arbre a poussé au milieu des rails et ce n’est pas un arbre à palabres. L’enfant isolé que rencontre Bikontine dans la nuit, près du feu qu’il a fait, lui répond n’avoir jamais vu le train. L’enfant refuse de suivre Bikontine car il a « peur d’aller loin ».

Un peu plus tôt, Bikontine s’est demandé si un poète peut « apporter quelque chose à sa société » et « si cela sert à quelque chose d’écrire des textes que personne ne va lire »…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here