S’il est bien un OVNI dans notre rap jeu, c’est assurément le Chopped & Screwed (C&S). Ce genre de remix très populaire depuis plus d’une dizaine d’années aux Etats-Unis, reste bizarrement marginal et ignoré de la plus-part des fans de rap en France. Alors que des artistes et labels américains planifient la sortie en C&S de leur single et s’attachent les services de stars du genre, alors que des 21 Savage, Future, Lil Uzi Vert, etc cumulent des scores entre 1,5 et 2 millions de vues sur Youtube pour leur versions remixées C&S (un artiste comme T-Pain a fait 24 millions de vue en 9 ans !), nos artistes et labels français semblent bouder ou ignorer le bail, et seuls quelques passionnés tentent d’agiter le game hexagonal avec pour résultat d’arracher quelques poignées de vues ou de streams…


Chopped & Screwed Cékoiça ? Tournons-nous vers Wikipédia : « Le chopped and screwed (screwed and chopped ou slowed and throwed) désigne une technique de remix du hip-hop lancée dans les années 1990 dans la scène hip-hop de Houston, aux États-Unis. Elle s’effectue par le ralentissement du tempo entre 60 et 70 battements par minute et par l’usage de techniques telles que le scratching, le stop-time (en), et la modification d’une partie d’une chanson pour en faire une version « hâchée » (chopped-up). DJ Screw est très largement reconnu pour avoir lancé le genre chopped and screwed2. La technique clé de DJ Screw est de jouer le même morceau sur les deux platines avec un écart d’un temps (noire) en bougeant rapidement le crossfader d’un côté à l’autre. Cela crée un effet dans lequel les mots ou les sons sont répétés dans la musique mais gardent toujours le même tempo. Un sous-genre appelé ChopNotSlop (en) créé par OG Ron C est popularisé grâce à l’album Take Care de Drake, et à la scène musical de Houston menée par SUC3  « 
Si aux Etats-Unis une multitude de Dj ont succédés à DJ Screw (Dj Noir étant semble-t ’il la star du moment en la matière), notre paysage français est agité par peu d’acteurs, les plus emblématiques de ces maniaques du tournevis étant sans doute A13 et Gho$tFrieza. Si le premier à la réputation de visser fort ses remix (à la limite de la rupture souvent), de hacher beaucoup et s’est fait connaître par ses remixs de PNL, Butter Bullets, et sa série de compilations « All This Shit Without Codéine », le deuxième (Gho$tFrieza) c’est fait connaitre pour ses remixs de Gucci Mane & Snoop Dogg, Gizzo Evoracci, Triple Go, Kodak Black, dans un style souvent plus fluide que celui d’A13. Il peut aller jusqu’à visser à l’extrême de l’extrême (cf Kekra) créant carrément une nouvelle œuvre et initie un nouveau format en ralentissant du son et de l’image. C’est donc vers ces deux références que nous allons nous tourner, dans une interview en parallèle, pour essayer de mieux comprendre le C&S.

Salut est-ce que tu peux te présenter ? qui tu es, où tu vis, ton parcours, ce que tu fais ?

A13 : Salut ! Moi c’est “A13” aka “13 ans”, j’ai 35 ans ce qui fait de moi un ancien maintenant… Je vis à Annecy, mais je viens du Jura et ça a son importance, par ce que ça m’a amené à la FAC à Besançon. En camarade de classe j’avais “Dela” (beatmaker et moitié du Butter Bullets) qui m’a clairement mis le pieds dans tout cet univers RAP du sud ! Ensuite j’ai rencontré des potes avec qui on s’est mis à rapper, Lil’2004 et BKR (qui rappait déjà) mais j’me donnais pas vraiment à fond, mon blase de l’époque était “13 ans”. Petit à petit j’me suis mis à remixer les sons de Lil’2004, puis il a pris sa retraite, et j’ai continué avec d’autres artistes!

Gho$tFrieza : Gho$tFrieza 😷😷😷

A part du S&C, est-ce que tu fais d’autres choses ?

Gho$tFrieza : Il m’arrive de faire des prods ou des mixes de temps en temps. Il m’arrive aussi d’écrire pour swampdiggers.com. Et sinon je fais aussi des visuels (pochettes pour des morceaux, des mixes, des C&S, des visuels pour SwampDiggers… et maintenant un peu de vidéo).

A13 : Ouais, je rap aussi, j’ai toujours des mots qui tournent en tête et qui forme des phases. Du coup je note tout ça et j’en fais des morceaux. Mais j’suis arrivé dans le rap sur le tard, à la base j’écoutais plus de la musique à base de guitare, du punk, hardcore, scremo… Et comme disais Lil’2004 ” J’fais du rap par ce que j’ai pas de potes, moi j’veux un groupe de punk rock”

Comment et quand as-tu découvert le Chopped & Screwed ?

Gho$tFrieza : J’ai commencé à en entendre à partir du milieu des années 2000, vers 2005/2006/2007. Des versions S&C de la Three 6 Mafia, de SwishaHouse et de la scène crunk (Lil Jon principalement) commençaient à se répandre un peu sur le net, et à la même époque, plus près de chez nous et donc encore plus facile à découvrir, il y avait DJ Raze (Genève) qui avait fait la version screwed & chopped de Bâtards Sensibles de TTC et qui amenait cette culture dans la scène crunk-à-la-française/eurocrunk en pleine effervescence. À cette époque ça m’intriguait, ça ne me déplaisait pas et il m’arrivait de laisser tourner des morceaux S&C, mais je n’en écoutais pas vraiment, je ne me disais pas « tiens, je vais chercher tel ou tel truc en version S&C et en écouter pendant une heure ». C’est un peu plus tard, au début des années 2010, que j’ai commencé à en écouter vraiment, à en rechercher volontairement, et aussi à me pencher sur ce que j’avais loupé de cette scène dans les années 90. Et puis c’est aussi à partir de cette période que le screwed & chopped et toute la culture qui va avec sont revenus en force avec l’explosion d’une nouvelle forme de trap, notamment avec des artistes US comme le Raider Klan, A$AP Mob, Bones…, et en France avec (encore) DJ Raze (Peplum de Butter Bullets), Ocho (des tapes/compilations et des albums entiers de Booba, Kaaris, PNL, 667), L’1dix Da ScrewHead, A13… entres autres.

A13 : Mon premier souvenir de Chopped & Screwed c’est le Bâtard Sensible de TTC remixé par DJ Raze (que je connaissais de nom via le Butter Bullets). J’ai détesté ! ahah ! J’comprenais pas ! Ensuite j’ai découvert Mike Jones, avec le “who is mike jones” en 2 CDs, le normal et le remix, et là j’ai accroché ! ça devait être en 2006

Comment t’y es-tu mis et quand ?

A13 : Les premiers remix que j’ai fait c’était pour Lil’2004, je squattais chez lui, on avait monté une boîte ensemble et on faisait de la musique ensemble. Et on a dû se dire que ce serait cool de faire ça. Je savais que très peu de monde comprendrait, mais je trouvais qu’un morceau était vraiment fini quand il avait sa version Chopped & Screwed. Comme tout ce qui sortait chez Swisha House, avait la version DJ Michael 5000 Watts ! On enregistrait et mixais avec Ableton live, et j’ai assez vite trouver comment faire.

Gho$tFrieza : Je faisais un peu de son depuis déjà un bon moment et il m’était déjà arrivé de ralentir des sons juste pour expérimenter, mais sans les hacher, sans faire de véritable S&C, et sans les garder. Il m’arrivait aussi (et m’arrive toujours d’ailleurs) d’écouter des albums ou des playlists entières au ralenti en baissant la vitesse de lecture sur le lecteur. Mais c’est seulement à partir de 2015 que je me suis lancé à en faire vraiment et à en publier certains sur internet.

En France ce style est largement ignoré / méconnu alors qu’au US c’est une part importante du rap game. Comment tu définirais le bail pour quelqu’un qui viendrait juste de découvrir le terme sans jamais en avoir écouté ?

A13 : Alors c’est un morceau qui est ralenti et découpé, pour les plus anciens, c’est comme quand ton baladeur cassette n’avais plus de pile et que tu jouais avec l’autoreverse. Pour les plus jeunes… c’est comme si ta connexion internet est anormalement lente et que ton streaming déconne… Pour la partie historique, c’est DJ SCREW qui a inventé le style, et il ralentissait la musique pour avoir la même sensation que quand ils étaient sous codéine…

Gho$tFrieza : Le morceau original est ralenti, les sonorités sont étirées, les voix deviennent pâteuses et graves, les basses saturent, le son devient crade, c’est haché, il y a des répétitions, par moment ça saute comme un disque rayé, l’ensemble est souvent hypnotique et planant.

Quand on écoute un peu de C&S on sent nettement que chaque DJ à une « pate » particulière, comment définirais-tu ton style ?

Gho$tFrieza : Je ne sais pas trop… ça serait plus aux autres de le dire. Mais je peux décrire mes S&C comme des S&C numériques, faits sans platines, avec des effets (reverb, delay, flanger, breaks, cut-offs, disto…). Mais bon, tout ça c’est le cas pour beaucoup de screwers depuis 10 ans. Par contre je pense que j’ai tendance à beaucoup ralentir. J’aime bien quand c’est vraiment lent. Je passe beaucoup de temps à essayer plusieurs combinaisons de vitesses et de pitchs down différentes avant de commencer un S&C.

A13 : Avec le recul je crois que je suis assez extrême dans ma façon de remixer… je ralentis vraiment beaucoup le son et je découpe le plus possible. J’aime bien que le rendu soit vraiment différent du morceau de base

Comment est-ce que tu choisis les artistes / morceaux que tu vas C&S ?

Gho$tFrieza : Je prends des artistes et des morceaux que j’apprécie, et ceux pour lesquels je me dis « putain, ça sonnerait bien au ralenti, j’aimerais bien l’écouter en screwed ». Je trouve que les sonorités synthétiques d’un certain genre de trap et de drill qu’on a depuis 7/8 ans se prêtent vraiment très bien au screwed & chopped, surtout les trucs dark et/ou cloud, mais aussi certaines voix sous autotune. Et dans un style différent, de temps en temps j’aime bien aussi ralentir des morceaux qui sonnent très South/Houston/Country Rap Tunes.

A13 : Je ne fais que les remixs des morceaux/albums que j’aime vraiment, je ne me dis pas je vais faire tel ou tel mec pour me rapporter de la visibilité. Il y a un album que j’ai fait par ce qu’on me l’a demandé, c’est le 1er PNL, je n’accrochais pas plus que ça, mais Genono m’a demandé de le faire, il était vraiment à fond. Et plus je bossais dessus et plus j’appréciais la musique. Sur mes compilations “All This Shit Without Codéine” j’essaie de mettre des “petits artistes” avec des plus grand en me disant que si quelqu’un clique pour SCH il pourra découvrir Wit.

En dehors de toute sollicitation, est-ce que tu demandes l’accord de l’artiste ?

A13 : J’ai très peu de sollicitation, mais j’en ai eu une récemment, et normalement j’aurais un son sur un CD physique en septembre, et ça, ça défonce ! Au début je demandais à certains artistes, mais en fait je crois que ça ne sert pas à grand-chose de demander… Soit les mecs sont trop “gros” et ne répondent pas, soit les mecs sont hyper confidentiels et du coup sont forcément partant, par ce que ça fait parler d’eux ! Du coup je ne demande plus…

Gho$tFrieza : Non, je n’ai jamais rien demandé.

Y a-t-il des problèmes parfois de gestion des droits ?

A13 : Ouais ça m’est arrivé 2 fois je crois, pour “Bitch better have my money » de Rihanna, je me suis fait virer mon son de Youtube et Soundcloud (mais rien n’interdit de visiter mon Bandcamp… Ahah !)

Gho$tFrieza : Non, personne n’est jamais venu se plaindre. Les seuls rappeurs qui sont venus me parler de versions S&C que j’avais fait de leur(s) morceau(x) c’était pour des retours positifs et ils avaient l’air contents que quelqu’un les ralentisse. Et à mon avis ça n’aurait pas de sens de venir te faire chier avec des histoires de droits pour un S&C. C’est un remix, une version différente, ça fait partie de la culture rap, ça veut dire qu’on apprécie l’artiste, qu’on l’écoute et qu’on lui fait un clin d’œil, qu’on a envie de prolonger sa musique et de le mettre en avant. Et les artistes sont toujours crédités.Et puis bon, surtout, pour 10 auditeurs et 0 thune fait dessus…

Quel est ton dernier projet (C&S et autre), as-tu des sorties de prévues dans les semaines qui viennent ?

Gho$tFrieza : Dernièrement j’ai screwed & chopped l’EP Off-Man de Triple $kull (Yuri J & Mugen) et j’ai fait une vidéo pour un morceau que j’ai composé.J’ai screwed un des meilleurs morceaux de Fredo Santana mais avant de le publier j’aimerais faire un clip ralenti pour l’accompagner. Bientôt j’espère. Et j’ai d’autres projets de S&C en tête mais ça sera pour plus tard.

A13 : J’ai sorti le dernier Butter Bullets il y a peu de temps, « Noir Métal », j’bosse sur la version physique. J’pense me mettre sur Special de Siboy, j’avais fait qu’un morceau, mais l’album est tellement bien, il faut la version Chopped And Screwed, et j’aimerais bien le faire en physique aussi, mais c’est Siboy, 92I, relié à je ne sais quelle maison de disque… Donc je ne sais pas ce que ça pourrait donner en termes de “droits”. Et sinon, en RAP, je sors bientôt un 5 titres, sur les prods gratuites de Frencizzle (On s’connait sur internet depuis 2006 et Myspace, il bossait avec Lil’ 2004, on a plus ou moins commencé en même temps). C’est un EP plus enjoué que ce que j’ai pu faire dernièrement (A13 a posé à la fin du printemps sur mon dernier album, Invitations au $uicide). J’aimerai bien aussi sortir en physique un Best-of des « All This Shit Without Codéine » et continuer la série pour compiler les ralentissements d’artistes qui me plaisent mais pour lesquels je ne Screw pas un album entier.

Merci à tous les deux et merci pour votre passion et votre investissement !
Au travers de cette discussion il ressort nettement que le Chopped & Screwed est un genre à part entière du rap game, avec des DJ qui sont dans une vraie démarche artistique, avec des partis pris et des spécificités, avec des techniques, des sensibilités, des approches différentes… Au vu de la qualité des quelques productions françaises, de la renommée du genre aux US, on sent bien qu’il suffirait qu’une de nos tête d’affiche hexagonale se lance en adoubant un remix pour initier une vraie tendance et fasse que cette chapelle deviennent cathédrale.

En conclusion de cet article, pour vivre une expérience unique de ralentissement extrême en son et en vidéo (et pour se faire une idée du potentiel du bail), il faut absolument aller voir ce clip du Batman de Kekra remixé par Gho$tFrieza, ou comment transformer un clip de 4 mn 12 en un clip de plus de 58 mn !!! Un ratio de ralentissement de 1300%, Ultime & Magistral !

Pour retrouver la discographie de A13 : https://a13music.bandcamp.com/
Pour en découvrir Plus sur Gho$tFrieza : https://ghxstfrixzv.tumblr.com/

Previous articleLe Gangster, le flic et l’assassin : Trois Mâles dominants
Next articleLa playlist de Dosseh !
Daron de l'indé j'ai participé dès le mileu des 80 à l'aventure New Rose. Venant du punk, du hard-core, du metal, du post-punk et de la EBM, j'essaie modestement d'apporter ma pierre au rap game en proposant quelques prods aux oreilles ouvertes aux sons différents. Régulièrement je tape des collabs avec des artistes plus ou moins connus de la scène rap underground... Accessoirement j'aime écrire ce que je ressent à l'écoute de projets nouveaux, ou sur des sujets plus lourds. Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux le savent : - si j'aime j'en parle. - Si je n'aime pas , je ne dis rien (la création artistique est suffisamment compliqué sans en ajouter...). - Ce n'est pas parce que je n'ai pas aimé que je n'en parle pas (ça demande du temps et du recul... pas toujours évident). Mon crédo de producteur: Dungeon Trap, Depressive OG, Dope Shit Funeral, B.Originales $uicide$ Collectifs, Compositeurs Officiel pour la Fin du Monde. "Le métal en fusion se diffuse dans tes veines, départ pour un lent voyage sur le dos du dragon, ta barque frêle sur une rivière de Lean, aux frontières ténues entre le trip, la folie, le white-light, en lisière de la mort... Vous l'aurez compris mon univers est dans l'underground, les projets sombres, barrés, froids, putrides... ce qui n'exclue pas qu'à l'occasion je puisse me pluger sur des projets beaucoup plus mainstream... question d'humeur, de météo, de rencontre... c'est la passion qui me guide.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here