L’expression “Deus Ex Machina” procède de l’étymologie grecque. Elle désigne dans la tradition théâtrale hellénistique “l’événement inattendu et improbable qui vient régler les problèmes du protagoniste à la dernière minute” . La différence entre Sam’s et un rappeur “basique”, c’est que la vie de l’artiste est pleine d’expérience entre le football et le beatmaking. Plus qu’un selfmade man, le rappeur est un écorché vif que l’on a jamais réussi à tenir au bout d’une corde.

“Deux Ex Machina” est l’intitulé du nouvel Ep de l’auteur, compositeur et interprète Sam’s. Attention les oreilles, ne cherchez pas ici de petits titres chichas parfaits pour accompagner un Virgin Mojito ou une Vodka Orange au bras d’une gamine facilement impressionnable.

Dès les premières notes de l’Ep sur le titre “GunShot” on est frappé par deux choses. La production instrumentale tout comme la voix de l’artiste sont complètement discontinues. Sam’s dans son Ep, véritable projet exercice de style, prouve qu’il n’est pas un des rookies les plus respectés pour rien.

Le projet est truffé de featuring. Et de mémoire de chroniqueurs, c’est la première fois que l’on retrouve un Naza aussi énervé sur son featuring avec l’artiste de Bendo Music sur le bien nommé “Péter les Plombs”.

L’artiste n’en reste pas moins gangsta Rap et trap quand il le faut même s’il fait preuve de “bonne conscience”. Ne cherchez pas non plus de discours prosélyte ou moralisateur chez ce flingué de musique. Il avait sorti un plaidoyer musical contre le journaliste Bernard de La Villardière à l’époque de sa croisade contre la banlieue.

Dans son titre le plus conscient qui a été clippé par ailleurs, son featuring avec Demi Portion sur “Ma Planète”, les deux artistes de Bendo Music tentent un “Allright” à la française. Au niveau des réalisations clippés, l’artiste a un goût insatiable pour le Noir & Blanc.

Le titre “Tout est faux” sans featuring est particulièrement intéressant. Il place le jeune de quartiers dans sa propre caricature. Est ce vraiment si intéressant de s’enfermer dans un matérialisme symbole d’un Empire occidental dont le modèle commence à vaciller et à être imaginé autrement ?

Un featuring avec Brav, le génial altermondialiste de Din Records pour finir l’album sur le titre “Animaux”, ainsi qu’un duo amoureux efficace avec Anna Kova dont la voix puissante berce le refrain extraordinaire de ce morceau, Sam’s réussit son pari.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here