JVLIVS II : SCH précurseur ?

Il y a un peu plus d’une semaine, le rappeur marseillais dévoilait son œuvre froide « JVLIVS » dans un rap disposé à l’accueillir. Depuis ses débuts avec la mixtape « A7« , le rappeur a une aversion réelle pour les images. Dans les clips de « Gomorra » et de « Champs Élysées » pour ne citer qu’eux, le rappeur raconte une histoire dans tous les sens du terme. Ses lyrics dépeignent, et l’image montre. Et quelques fois on retrouve même un décalage. Car là où SCH se distingue des story teller comme Médine c’est justement parce qu’avec la musique il installe une ambiance pour une histoire réelle qu’un visuel raconte. Pour être plus clair, dans le clip de « Gomorra« , le titre installe l’ambiance macabre de la mafia napolitaine. Le visuel raconte l’histoire d’un tueur solitaire engagé sur une mission qui élimine une à une toutes les têtes qui sont mises à prix.

Le Story Telling : Une grosse particularité chez SCH !

Ce sont les deux arcanes qui sont présentes dès la première mixtape du rappeur multiplatinum qui l’accompagneront tout au long de sa carrière. Le concept de « JVLIVS« , il semble que le rappeur marseillais l’ait puisé chez GhostFace Killah. Le rappeur émérite du Wu Tang Clan se fait remarquer avec des albums histoires. 12 Reasons To Die et surtout 36 Season qui connaîtra un accueil géant de la critique. Le second opus relate l’histoire d’un homme sorti de prison qui comme beaucoup est confronté au monde qui a changé sans lui. Il se débat pour exister sur fond de vengeance.

Dans le concept, donc, avec ses œuvres majeures « JVLIVS I » et « JVLIVS II« , le SCH reprend ce concept. Mais il ne reprend pas la méthode du storytelling. Certes quelques entractes comme « Gibraltar » au début du morceau viennent ponctuer les titres du S (au commencement du rap les rappeurs US inséraient souvent des extraits de films dans leur morceaux), mais l’album vient surtout installer une ambiance indispensable à la compréhension du visuel. L’un n’existe pas sans l’autre.

SCH : Tout est au service de la même cause !

Autre arcane fondamentale de SCH, l’adéquation. Le rappeur de Rec 118 est l’un des seuls rappeurs à travailler sur une correspondance parfaite de la composition instrumentale, du flow, des lyrics et des visuels. Il est difficile d’envisager l’œuvre du rappeur d’origine allemande sans cette adéquation totale entre les différentes composantes du morceau. C’est sans doute ce qui explique le succès absolu du deuxième tome de « JVLIVS » disque d’or quatre jours après sa sortie. Car avec PNL, Béyoncé, et quelques rares exceptions, le S est le seul rappeur à avoir envisager l’évolution des modes de distribution de la musique. Aujourd’hui le visuel fait partie intégrante du morceau. Le nier serait totalement absurde. Alors au d’illustrer les morceaux, il les intègre dans le processus créatif. Le clip « Pharmacie » sélectionné justement car il n’intègre aucun story telling illustre parfaitement ce phénomène d’adéquation totale. Dans ce clip, on est plongé dans l’univers noir du rappeur anarchiste.

Aussi petite histoire dans l’histoire. Dans le premier comme dans le deuxième tome de « JVLIVS« , SCH met surtout en scène la relation avec son père. En déplaçant la paternité dans un monde imaginaire, il élude aussi surprenant que cela puisse paraître son rapport à son père, mais aussi à l’argent, et enfin au fossé qui sépare ses deux générations. Si le premier tome de « JVLIVS » consacrait le morceau « Otto« , le second tome fera appel à l’analyse du fils dans « Zone en danger« . Oui, JVLIVS est devenu SCH dans l’incendie allumé par Otto.

error: Content is protected !!